Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Île-de-France > Unité Départementale Intersectorielle d’Ethnopsychiatrie "la Causerie"
Île-de-France
6 décembre 2013

Unité Départementale Intersectorielle d’Ethnopsychiatrie "la Causerie"

Objectifs
Un accès au droit commun de l’offre de soins psychiatriques intégrant la diversité culturelle de la Seine Saint Denis

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

EPS de Ville Evrard

202 avenue Jean Jaurès

NEUILLY SUR MARNE 93330

Type de la structure :
établissements de santé

Coordonnées du contact

THEODORE Francis

Qualité : Praticien hospitalier

Téléphone professionnel : 0182370083

Courriel : ethnopsychiatrie@epsve.fr

Fax :

Le contexte

L’origine
L’EPS de Ville Evrard couvre en termes de besoins en santé mentale un département multiculturel. Le travail des secteurs a montré qu’un certain nombre de patients de culture ou de langues différentes ne pouvait s’intégrer dans les pratiques de secteur. D’emblée, ils présentaient une résistance aux soins classiques qui entrainait soit une absence soit une rupture de la prise en charge. Une unité fonctionnelle a été créée au sein du pôle G06, puis sous l’impulsion de l’ARS une unité fonctionnelle a été créée : l’unité « Département Intersectorielle d’Ethnopsychiatrie » intégrée au sein du pôle CRISTALES (Coordination pour la Recherche et l’Information, les Soins, les Thérapeutiques, les Analyses de Laboratoire et l’Education à la Santé) qui regroupe des activités transversales. Puis simultanément l’ARS a inscrit cette thématique dans ses priorités.

La finalité
Le département prend en charge des usagers de l’ensemble de Seine Saint Denis (93) résistants aux soins habituels (problèmes diagnostiques, étiologies culturelles…) et qui vont donc nécessiter un abord spécialisé. Il s’agit de permettre à des patients qui ne sont pas accueillis, ou abandonnés (en raison de difficultés d’intégration, linguistiques et culturelles), de se faire comprendre.

La finalité de ce projet est de réintégrer ces patients dans le droit commun en leur facilitant la continuité des soins afin de réduire des parcours chaotiques et leurs permettre une meilleure intégration dans la communauté.

La description du dispositif
La prise en charge s’articule avec le secteur d’origine. ll s’agit d’employer avec des patients et leur famille une méthodologie qui inclut un double repérage « conventionnel » (psychiatrie, psychologie, psychanalyse…) et « traditionnel » (discours du patient, de son groupe, des experts traditionnels…) et de leur permettre par un travail psychothérapeutique de groupe et/ou individuel et par ce détour, de rejoindre le champ commun des soins. L’objectif visé étant une amélioration de la santé de ces populations.

Les acteurs
Cette unité est originale par la spécificité d’un exercice interdisciplinaire à partir des différentes professions. Il s’agit d’une équipe composée de :

  • deux infirmières
  • une assistante sociale
  • une secrétaire
  • deux psychologues
  • deux psychiatres Ces personnels sont à temps plein ou à temps partiel.

Les axes prioritaires :

favoriser la médiation en santé dans les structures sanitaires, médico-sociales et à domicile ;

renforcer et préserver l’accès à la santé y compris à la prévention pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables, fragiles (mineurs, majeurs protégés, personnes en perte d’autonomie, personnes souffrant de troubles psychiques, personnes déficientes intellectuelle…), étrangers, personnes placées sous main de justice.

La réalisation

La mise en oeuvre
La recherche du point d’implantation a été longue et difficile. Les équilibres du financement difficiles à trouver. Les Centres Communaux d’Action Sociale, les services de l’Aide Sociale à l’Enfance, les associations s’occupant de personnes en difficulté sociale sont des partenaires essentiels qui proposent ou sont régulièrement intéressés par un rapprochement avec l’unité d’ethnopsychiatrie. Par ailleurs, une convention existe entre l’EPS de Ville Evrard et ISM interprétariat (Inter-Services Migrant) permettant la mise à disposition de traducteurs dans les langues maternelles des patients.

En 2012, dans le cadre de la Semaine d’Information en Santé Mentale l’UNAFAM 93 avait montré de façon très sensible l’intérêt qu’elle portait à la prise en charge de ce type de patients (Colloque UNAFAM du 16 mars 2012 – Maladies psychiques, cultures et soins, quels dialogues ?)

Le calendrier

Projet initié en :
01. avant 2010

Projet mis en œuvre en :
01. avant 2010

Comment et combien ?
L’autonomisation d’une telle structure s’est pleinement réalisée en janvier 2012 à la fois par des redéploiements internes de l’EPS de Ville Evrard et des crédits fléchés par l’ARS à hauteur de 170 000 euros. Il n’a pas été fait appel à des partenaires extérieurs. Le personnel est constitué de professionnels statutaires de l’EPS de Ville Evrard.

La communication
Ce projet a été valorisé par des publications dans la revue Santé Mentale. Il existe également un séminaire en lien avec le thème central et se référant à l’anthropologie. Une interview audiovisuelle de la responsable clinique figure sur le site internet de l’établissement (Ethnopsychiatrie, la consultation d’Aubervilliers, interview réalisée à Bobigny, dans le cadre de la SISM 2012 : www.eps-ville-evrard.fr/info…).

Publications :

THEODORE F., THEODORE C., L’ethnopsychiatrie à l’épreuve du secteur, in revue santé mentale, n° 145 février 2010. MOLTO J., THEODORE C., La consultation d’ethnopsychiatrie à Aubervilliers, in revue santé mentale, n° 145 février 2010. MOLTO J., THEODORE C, Théorie comparative du secret en clinique interculturelle Journées Rives de l’EPS de VILLE-EVRARD. Famille sacrée, sacrée famille, Neuilly sur Marne 18 et 19 juin 2009 NICOLLE D., THEODORE C., Mr Thiam et la langue de la mère, in revue santé mentale, n° 145 février 2010. THEODORE C., L’habillage du symptôme, in n°10, L’AFRIQUE SYMPTÔME, Psychanalyse et traditions, Ed. L’Harmattan, juin 2009 • 252 pages THEODORE C., L’ethnopsychiatrie dans le soutien aux familles : apports et limites ?, rapport de synthèse, Délégation à la Politique de la Ville et à l’Intégration : Gip, Réussite Educative (Groupement d’Intérêt Public pour la Réussite Educative à Paris) et axe Santé du CUCS parisien, 05 octobre 2011.

Et après

Les résultats
Des populations de patients délaissés peuvent à travers une prise en charge spécifique retrouver le champ des soins de droit commun.

Le responsable médical de la structure est chargé de mission à l’ARS et l’une des orientations de sa lettre de mission est de réfléchir à la généralisation d’une telle structure par territoire de santé. La modélisation et la transposition figurent également dans ce projet.

Évaluation et suivi
L’évaluation est essentiellement quantitative et est intégrée au niveau du département d’information médicale. Les indicateurs étant l’augmentation de la file active et le nombre de séances effectuées tant sous forme de groupe que de prestations individuelles.

Quelques conseils et témoignages
Des patients qui se retrouvaient à la rue et sans prise en charge peuvent grâce à l’équipe pluridisciplinaire accéder à des soins en santé mentale de qualité et à une insertion sociale et ne pas aller grandir le nombre de SDF et de sans papier en difficulté dont on sait que 40% sont des malades mentaux.

L’équipe a pris sa pleine dimension à partir de la création de l’unité en janvier 2012 avec un recrutement progressif jusqu’en juin 2012 et non achevé à ce jour.

Pièces jointes

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page