Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Rhône-Alpes > Soirée théâtrale de sensibilisation à la bientraitance dans un CLCC : un projet réussi, une expérience à diffuser.
Rhône-Alpes
24 décembre 2011

Soirée théâtrale de sensibilisation à la bientraitance dans un CLCC : un projet réussi, une expérience à diffuser.

1. Le porteur du projet

Coordonnées complètes
Etablissement de Santé : Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Léon Bérard
28 rue Laennec
69008 LYON

Coordonnées complètes et fonction du contact
DONOT Pierre Emmanuel, qualiticien
Direction Qualité
Centre Léon Bérard
28 rue Laennec
69008 LYON
Tél. 06 07 39 22 69
Courriel : pierrem.donot[@]gmail.com

2. Le contexte

L’origine
La question des droits des patients a bénéficié récemment d’une visibilité renforcée grâce à l’émergence de la notion de bientraitance promue par le ministère de la santé et la Haute Autorité de Santé.

C’est à l’occasion de la réflexion autour de cette nouvelle thématique intégrée à la certification des établissements de santé par la HAS, critère 10 a, que le groupe d’autoévaluation du Centre Léon Bérard, centre de lutte contre le cancer à Lyon a lancé l’idée d’une représentation théâtrale pour sensibiliser l’ensemble des professionnels de l’établissement.

La finalité
Le concept d’une soirée thématique autour de la bientraitance est née de l’idée de faire réagir le public face à des situations de non-bientraitance.
Il fallait susciter le débat dans une atmosphère éloignée de la pratique quotidienne.
La représentation théâtrale devenant un vecteur de communication, de sensibilisation et de formation particulièrement moderne, interactive, et accessible aux professionnels de toutes catégories.
Il s’agit de dédramatiser les situations par l’humour et l’exagération volontaire. Montrer que l’on n’est pas « maltraitant » volontairement et que tout n’est question que d’attention portée à l’autre, de conscience professionnelle et de bon sens.
Montrer aussi que la personne malade a des droits mais aussi des devoirs et que le personnel peut également vivre des situations de non-bientraitance.

La description du dispositif
Il s’est déroulé en plusieurs temps.
Il a rapidement été décidé de ne pas faire « parler » les comédiens sur scène. Il ne fallait pas que les personnages soient identifiables et par là renforcer l’aspect caricatural de la scène. Les acteurs seraient masqués pour garder la neutralité.
De fait, il fallait jouer avec la musique, le décor et le mime.
Le spectacle est organisé autour de la journée type d’un malade avec à chaque fois une situation pouvant être vécue comme de la non-bientraitance :

Scène 1 : Le réveil du patient par un soignant venant faire une prise de sang et rentrant à grands bruits dans la chambre.

Scène 2 : Deux aides soignantes venant refaire le lit du malade et sans tenir compte de sa présence, se racontant leur week-end en échangeant au dessus du lit.

Scène 3 : La visite du médecin, assez caricaturale, parlant avec ses assistants sans adresser un regard au malade.

Scène 4 : Le repas. On met le plateau, trop loin du lit du malade, il ne peut donc manger. Il essaye d’appeler une infirmière qui, chaque fois qu’elle rentre dans la chambre doit ressortir aussitôt pour répondre au téléphone. Le plateau est récupéré, on entend alors : « Vous n’avez rien mangé, vous n’aviez pas faim ? »

Scène 5 : La visite de la famille et des proches, qui sont priés par l’infirmière de sortir car il faut respecter l’isolement protecteur du patient.

Scène 6 : Le malade qui craque, hurle sur l’infirmière, qu’on ne s’occupe pas de lui. Que la nourriture n’est pas bonne, qu’il a trop chaud, trop froid…

Scène finale : C’est au tour de l’infirmière de craquer, elle a eu une journée difficile, ça se passe mal chez elle…et c’est finalement le malade qui la réconforte et lui dit qu’il a besoin d’elle. Elle lui rend ses résultats d’examens qui sont bons et il rentre chez lui en la remerciant encore. C’est la seule saynète parlée.

Les interrogations du malade sont exprimées par la présentation de grosses « bulles » à l’image dialogues de bandes dessinées qui sont soulevées et remis à l’équipe soignante qui ne comprend pas toujours ses interrogations.

Les acteurs
Le projet a été monté à l’initiative de la Direction des Soins Infirmiers qui en a assuré le suivi. La réalisation a été confiée à la troupe du théâtre de la grille verte de Saint-Étienne à laquelle appartient un des qualiticiens du centre Léon Bérard.

Les axes prioritaires
Deux axes prioritaires ont été définis :

  • L’un au niveau des professionnels pour les impliquer de manière concrète dans la promotion des droits du patient en favorisant les échanges, les débats et l’émergence d’idées nouvelles suscitées par les saynètes.
  • L’autre vis-à-vis des comédiens pour leur permettre de prendre en compte le concept de bientraitance comme valeur phare de l’établissement

3. Le réalisation

La mise en œuvre
La mise en œuvre a été complexe : La première difficulté a été pour les comédiens de définir

  • comment interpréter des situations vécues : registre tragique ? Comique ?
  • quelle place donner à l’exagération afin que le débat se fasse dans une logique d’amélioration sans mise en cause des conditions de travail ? Le spectacle se devait d’être didactique et concis, d’une durée d’une demi-heure environ pour laisser une grande place aux échanges entre les spectateurs.

Les délais très courts pour une troupe d’amateurs ont représenté un enjeu complexe mais particulièrement stimulant.
Cette interaction s’est poursuivie avec la relecture du scénario et la supervision des répétitions en lien avec directrice des soins accompagnée d’un cadre infirmier.
La mise en place du décor s’est appuyée sur une infrastructure scénique avec reconstitution de la chambre du patient.

Le calendrier
Intégré dans la dynamique lancée à l’occasion de la démarche de certification, le calendrier était particulièrement « serré ». La conception du spectacle a débuté fin septembre 2011 avec un mois pour l’écriture et seulement un mois et demi pour les répétitions, la création des décors, des costumes et de la régie son et lumière.
La soirée prévue à 18 H un mardi soir de janvier 2011 a été ouverte par le professeur Sylvie Négrier, directeur général du Centre Léon Bérard en lien avec Anny Talon, Directeur des Soins Infirmiers.

Comment et combien ?
Le Centre Léon Bérard et plus particulièrement la Direction des Soins Infirmiers a financé l’ensemble des frais de décors et de déplacement de la troupe pour un coût total de 800 €, ainsi que le buffet qui a suivi la représentation.
Il faut saluer le bénévolat intégral de la troupe du « Théâtre de la Grille Verte » de Saint Etienne.

La communication
La communication autour du projet s’est faite de différentes manières :

  • les invitations ont été lancées par intranet et affichage, puis relayées par l’encadrement.
  • un compte-rendu a été publié dans le journal interne du centre Léon Bérard « on’Léon » ; il est reproduit en annexe

4. Et après

Les résultats
Malgré l’horaire tardif et le caractère facultatif, la soirée a réuni près de 80 personnes de l’ensemble des catégories des personnels du centre Léon Bérard et de l’Institut d’Oncologie- Hématologie Pédiatrique ; des cadres des Instituts de Formation en Soins Infirmiers Rockefeller et des Hospices Civils de Lyon étaient invités.

Évaluation et suivi
L’intérêt des participants et le débat qui a succédé à la représentation ont participé au succès de la soirée. Ultérieurement, le travail d’analyse a été réalisé aux réunions des cadres infirmiers en lien avec le groupe de travail constitué à partir du comité de pilotage de la certification HAS 2010.

La présentation en quelques mots de ce travail autour de la bientraitance réunissant comédiens et professionnels de santé a été très bien accueillie par les experts-visiteurs HAS lors de la visite de certification.

Dans le cadre de la relation avec les personnes soignées, la qualité didactique de ce type de manifestation qui garde un côté récréatif doit être souligné.

Au-delà de la qualité du travail réalisé et de sa réussite au centre Léon Bérard, compte tenu aussi de l’énorme investissement de la troupe du théâtre de la Grille Verte, une expérience aussi originale devrait pouvoir être généralisable. C’est dans ce but que ce travail est présenté dans le cadre du concours : « 2011, année des patients et de leurs droits ».

La prochaine étape serait de réaliser une captation professionnelle afin de le valoriser au niveau des tutelles et d’en permettre la communication sous toute forme de support possible : DVD, portail Internet d’un site officiel

Quelques conseils et témoignages
En plus de l’action de formation des professionnels impliqués dans la prise en charge globale des patients d’un centres de lutte contre le cancer, cette soirée thématique à représenté un moment de partage très fort dans l’établissement.

Dans une période difficile que connaissent les hôpitaux à quelques semaines de leur visite de certification, les personnes présentes ont bien compris que cette soirée a permis de mettre en lumière des situations mal reconnues bien que quotidiennes, de leur donner un nom, et d’en favoriser la prévention. Il a permis aussi de montrer aux soignants qu’ils pouvaient dans certains cas être eux mêmes objet de maltraitance, et qu’ils pouvaient recevoir dans ces situations difficiles un soutien de l’encadrement, voire de la direction.

Sans publicité autre que le « bouche à oreille », la troupe a été invitée à présenter son travail dans un CHU de la région dans les semaines qui viennent.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page