Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Poitou-Charentes > Programme promotion santé détenu(es) du CP de Vivonne - proposition de TROD
Poitou-Charentes
6 décembre 2013

Programme promotion santé détenu(es) du CP de Vivonne - proposition de TROD

Objectifs
L’objectif général de ce projet est de développer des conditions favorables à une meilleure santé des personnes détenues au niveau individuel, au niveau collectif et dans l’environnement carcéral.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

AIDES (association de lutte contre le VIH/SIDA et les hépatites virales

80 bis, rue de la chatonnerie

POITIERS 86000

Type de la structure :
association

Coordonnées du contact

QUENTIN Jacoux

Qualité : coordinateur territorial

Téléphone professionnel : 0549424545

Courriel : vienne@aides.org

Fax :

Le contexte

L’origine
Le 30 novembre 2012, a eu lieu une réunion de bilan des actions de AIDES mises en place sur tout l’exercice 2012 au centre pénitentiaire de Vivonne. A cette occasion, le Directeur Adjoint du centre pénitentiaire de Vivonne a sollicité l’association AIDES pour mettre en place dès 2013 des actions de dépistage rapide à orientation diagnostique de l’infection VIH (TROD) auprès de l’ensemble des détenus. L’ARS de Poitou-Charentes (responsable du service promotion de la santé), des professionnels du SPIP, du SMPR et de l’Administration Pénitentiaire également présents à cette rencontre ont soutenu cette demande. Fort de cette sollicitation unanime, l’association AIDES a donc acté cette décision et ainsi travaillé à la mise en oeuvre de ce projet.

La finalité
Ces actions favorisent les échanges individuels et collectifs autour des pratiques et des difficultés rencontrées par les personnes et permettent :

  • de dédramatiser, de banaliser le dépistage,
  • de proposer une prise en charge immédiate pour les personnes dont la sérologie s’avère positive,
  • de permettre aux personnes séronégatives d’élaborer des stratégies de prévention et de réduction des risques afin de demeurer séronégatif,
  • de faire le point sur sa santé sexuelle, ses pratiques,
  • d’orienter vers le dépistage des hépatites, des vaccinations…

La description du dispositif
cf "la finalité du dispositif" cf " comment et combien"

Les acteurs
Les différents partenaires de ce projet sont :

  • le Service Pénitentiaire Insertion et Probation (SPIP),
  • la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaire (DISP),
  • l’Administration Pénitentiaire,
  • le Service Médico-Psychiatrique Régional (SMPR),
  • l’Unité de Consultations et de Soins Ambulatoires (UCSA) et
  • l’Agence Régionale de Santé de Poitou-Charentes (ARS PC).

Les axes prioritaires :

renforcer et préserver l’accès à la santé y compris à la prévention pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables, fragiles (mineurs, majeurs protégés, personnes en perte d’autonomie, personnes souffrant de troubles psychiques, personnes déficientes intellectuelle…), étrangers, personnes placées sous main de justice.

La réalisation

La mise en oeuvre
Les éléments facilitateurs ont été les suivants : 1) durant les interventions auprès des détenu(es), ces derniers ont fait part des difficultés d’accès au dépistage durant leur détention, 2) signature entre l’association AIDES et l’ARS Poitou-Charentes d’une convention d’habilitation pour la réalisation de tests rapides à orientation diagnostique de l’infection VIH, 3) signature d’une convention de partenariat entre l’association AIDES et l’UCSA le 27 mars 2012 afin de réaliser du TROD au centre de détention de Vivonne, 4) signature d’un contrat d’objectifs et de moyens de l’association AIDES avec l’ARS Poitou-Charentes le 15 mai 2013 dans lequel est fait mention de la proposition de TROD au centre pénitentiaire de Vivonne.

Le calendrier

Projet initié en :
2013

Projet mis en œuvre en :
2013

Comment et combien ?
Cette action est proposée sur chaque quartier (maison d’arrêt et centre de détention hommes, quartier femmes et SMPR) et dure 2 heures. Chaque action est animée par un binôme d’acteurs AIDES (soit 2 salariés, soit un volontaire et un salarié).

La communication
Un calendrier est fixé à l’année. Les détenus sont informés par des affiches et ont des bulletins d’inscription à retourner au SMPR. AIDES fait une demande d’autorisation au SPIP pour le matériel spécifique au TROP (en plus du matériel classique, à savoir, les préservatifs masculins et féminins, les dosettes de gel et la documentation). Les dépistages s’effectuent dans les salles médicales des bâtiments. En cas de résultat positif, le militant de AIDES en informe l’UCSA qui reçoit spécifiquement la personne afin d’effectuer un test de confirmation.

Et après

Les résultats
Au 20 septembre 2013, nous avons effectué 8 actions incluant du TROD, et ce, avec 35 dépistages rapides réalisés à ce jour :

  • maison d’arrêt hommes : 2 interventions, 7 dépistages,
  • centre détention hommes : 2 interventions, 8 dépistages,
  • quartier femmes : 2 interventions, 7 dépistages,
  • SMPR : 2 interventions, 13 dépistages. La plus-value est évidente en matière de sensibilisation au VIH (chaque entretien dure environ 30 minutes) mais aussi aux hépatites et IST (toutes les personnes dépistées sont orientées vers l’UCSA afin de bénéficier d’un dépistage des hépatites et IST). A la suite de ces interventions, nous sommes régulièrement sollicités pour mettre en place des temps de réduction des risques liés à la consommation de produits psychoactifs, sur le tatouage sauvage, etc… La transposition de ce type d’action est envisagée sur d’autres sites en Poitou-Charentes mais pas uniquement. Néanmoins, la mise en place d’actions de réduction des risques associant du TROD en milieu carcéral, malgré sa pertinence évidente et sa complémentarité à l’UCSA, est conditionnée à la volonté de la direction de l’établissement qui seule est décisionnaire de ce qui se passe dans son établissement.

Évaluation et suivi
Evaluation de l’activité :

  • nombre total d’interventions (visites, actions),
  • nombre de contacts,
  • nombre d’entretiens (relation d’aide, discussion centrée sur la personne),
  • nombre de personnes accompagnées (personne vue régulièrement avec relation d’aide à la base et sur le long terme),
  • nombre de premiers contacts depuis le début de l’année (file active),
  • nombre de contacts, entretiens et de réunions avec le personnel pénitentiaire, le personnel médical et les autres associations/intervenants de l’établissement,
  • nombre d’outils de prévention distribués (brochures, préservatifs, gel etc…),
  • nombre de volontaires et de permanents investis sur l’action,
  • temps de volontariat.

Evaluation du processus :

  • les activités sont-elles adaptées ? Quels réajustements sont utiles ?
  • le public bénéficiaire de l’action est-il bien celui envisagé au départ ?
  • les outils utilisés sont-ils adaptés au publics ?
  • la fréquence, la durée et le lieu sont-ils adaptés à l’activité et au public ?
  • les animateurs de l’action rencontrent-ils des difficultés ?
  • les ressources prévues sont-elles suffisantes ?
  • le calendrier est-il respecté ?
  • le copil, la coordination fonctionnent-ils comme prévu ? Le temps de concertation est-il suffisant ? A ces indicateurs, s’ajoutent la rédaction de rapports d’activité semestrielle et annuelle, lesquels sont alimentés par l’évaluation de l’activité que nos partenaires effectuent durant les réunions multi-partenariales. L’exercice n’étant pas clos au moment de cette rédaction, la prochaine réunion multi-partenariale d’évaluation aura lieu en décembre 2013.

Quelques conseils et témoignages
Travailler au renforcement des compétences des détenu(es) à gérer les risques de transmission du VIH et des hépatites virales et les dommages liés à l’usage des drogues dans leur quotidien par l’apport de nouvelles connaissances, par le partage d’expériences et par l’entraide. Accompagner les personnes vivant avec le VIH et/ou les hépatites et leur entourage dans leurs stratégies globales de santé. Favoriser l’accès à la prévention et au dépistage sont autant d’objectifs qui doivent nous rappeler que l’accès aux soins, à la prévention et à l’information doivent être les mêmes en milieu fermé qu’en milieu libre.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page