Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Corse > Parcours de soins coordonnés autour de la prise en charge de la douleur en ambulatoire et en établissement de santé
Corse
2 décembre 2011

Parcours de soins coordonnés autour de la prise en charge de la douleur en ambulatoire et en établissement de santé

1. Le porteur du projet

Coordonnées complètes
Agence Régionale de Santé
Quartier St Joseph - CS 13003
20700 Ajaccio cedex 9

Coordonnées complètes et fonction du contact
Mme Virginie Poli, référent performance Tél. 06 82 97 36 06
Courriel : virginie.poli[@]ars.sante.fr

2. Le contexte

L’origine
La loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé du 4 mars 2002 reconnaît le soulagement de la douleur comme un droit fondamental de toute personne.

Le rapport de restitution de la mission relative à la coordination du dispositif "2011, année des patients et de leurs droits" présenté en février dernier rappelait que le respect de la dignité d’une personne passe, en plus du droit a l’information, par le droit a la prise en charge de la douleur et à l’accompagnement à la fin de vie.

La prise en charge de la douleur fait partie des PEP (Pratiques Exigibles Prioritaires) de la nouvelle certification des établissements de santé.

Enfin, les résultats 2010 de l’indicateur de traçabilité de l’évaluation de la douleur (TRD) dans le dossier patient au sein des établissements de santé Corse doivent engager un plan d’action région (IPAQSS - Indicateurs Pour l’Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins).

La finalité
Il existe plusieurs types de douleur :

  • les douleurs aiguës (post-chirurgie, traumatisme, etc.) : leur cause doit être recherchée et elles doivent être traitées.
  • les douleurs provoquées par certains soins ou examens (pansement, pose de sonde, de perfusion, etc.). Ces douleurs peuvent être prévenues.
  • les douleurs chroniques (migraine, lombalgie, etc.) : ce sont des douleurs persistantes dont la cause est connue et qui représentent une pathologie en soi. Il faut donc surtout traiter la douleur et tout ce qui la favorise.

L’initiative régionale s’attache à améliorer en priorité la prise en charge de la douleur :

  • aux urgences
  • chez l’enfant, comme le recommande la mission nationale ainsi que la charte européenne de l’enfant hospitalisé de 1988.
  • lors du retour à domicile

La description du dispositif
Les améliorations attendues sont :

  • la valorisation des pratiques existantes, par le biais des EPP (Evaluations des Pratiques Professionnelles) ;
  • l’homogénéisation des protocoles de prise en charge en établissement et en ambulatoire ;
  • le renforcement de la formation initiale : 1ère année de médecins et IFSI ;
  • la mutualisation de formations continue douleur sur le territoire entre professionnels ;
  • l’association des aidants dans cette prise en charge.

Les acteurs
Il s’agit d’améliorer la lisibilité pour les professionnels et les usagers sur chacun des 3 espaces fonctionnels de concertation du territoire Corse :

  • recensement des médecins diplômés douleur (capacité douleur ou DESC "médecine de la douleur et médecine palliative", orientation douleur)
  • mais également infirmiers et psychologues ayant suivi une formation universitaire dans le domaine de la douleur
  • Urgentistes et Anesthésistes réanimateurs
  • Pédiatres et sages femmes
  • Masseurs kinésithérapeutes

Et de coordonner les acteurs de terrain, afin de s’assurer d’un maillage de proximité garantissant l’équité de prise en charge :

  • représentants régionaux de la SFETD (Société Française d’Etude et de Traitement de la Douleur)
  • Clud des établissements de santé (Comité de LUtte contre la Douleur),
  • l’activité de prise en charge de la douleur en HAD

Les axes prioritaires
Dans le respect des attendus du groupe de travail du PSRS 2011-2016 (Plan Stratégique Régional de Santé) intitulé " Coproduire la politique régionale de santé avec les professionnels et les usagers", cette initiative vise notamment à promouvoir la transparence de l’offre de soins et la bientraitance sur le territoire de santé ; quelque soit la modalité de prise en charge.

3. Le réalisation

La mise en oeuvre
Difficultés rencontrées : homogénéisation des pratiques dans un cadre pluridisciplinaire Facilitateurs : implication des professionnels et usagers

Le calendrier
Les prises en charge spécifiques enfant, font parties des priorités du PSRS Corse 2011-2016

Lors du lancement de l’Année des patients en région, le 07 mai dernier, les débats sur la bientraitance ont fait apparaître une hétérogénéité de prise en charge de la douleur entre établissement et ambulatoire, pouvant créer une angoisse auprès des patients et des aidants.

Il s’agit donc d’effectuer le recensement des acteurs avant la fin de l’année 2011 et de créer un premier annuaire à destination des professionnels de santé et des usagers, sur le site de l’ARS. Le contrat d’engagement douleur devra également être signé et affiché dans chaque structure de santé.

Un Copil, transversal aux différents groupes du SROS (Schéma Régionale d’Organisation Sanitaire), sera ainsi constitué pour organiser, dès 2012 :

  • des formations communes pluridisciplinaires villes - établissements de santé
  • l’homogénéisation des protocoles de prises en charge

Ce pilotage sera confié à un professionnel de santé, titulaire d’un DU douleur et qui s’investit dans cette prise en charge ainsi que dans le développement des soins de support.

Comment et combien ?
Dans un premier temps, s’agissant d’un recensement d’information, la mise en place du Copil ne nécessite pas la mobilisation de crédits.

Cependant, dans le cadre du développement des réseaux "douleur" et du soutien à la démographie des professionnels de santé des crédits pourront être sollicité pour structurer rapidement la démarche ; ainsi que le FMESPP dans le cadre des coordinations entre établissements

La communication
La communication de l’annuaire et des bonnes pratiques et recommandations à destination des professionnels et des usagers se fera par le biais du site de l’ARS.

4. Et après

Les resultats
Cette initiative, généralisation sur l’ensemble des territoires français, pourrait permettre d’améliorer les parcours de soins coordonnés entre régions.

Évaluation et suivi
L’évaluation se fait d’une manière :

  • quantitative : nombres de formations initiales ou continues effectuées, nombres de protocoles communs mis à disposition des professionnels et des usagers,…
  • qualitative : résultats de l’HAS concernant la PEP et l’IPAQSS,…

Et fera ainsi parti des objectifs des CPOM et des contractualisations internes.

Quelques conseils et témoignages
La prise en charge de la douleur, partie intégrante du soin, doit être une priorité quelque soit la pathologie.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page