Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Champagne-Ardenne > Les Journées Promotion Santé !
Champagne-Ardenne
3 décembre 2015

Les Journées Promotion Santé !

Objectifs
Promouvoir, prévenir, informer les patients en utilisant l’éducation comme médiateur thérapeutique, en lien avec la loi HPST, le projet de soin et le décret de compétence infirmier. Aider le patient à prendre en charge son état de santé et à favoriser un retour aux activités normales et au projet de vie. Donner la possibilité au patient de devenir acteur de sa santé par sa participation active dans la prise en charge de sa maladie et/ou de ses symptômes.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

Centre Hospitalier Bélair

1 rue Pierre HALLALI

Charleville-Mézières 08013

Type de la structure :
établissements de santé

Coordonnées du contact

QUINTARD Jean-François

Qualité : Chargé de Communication

Téléphone professionnel : 0324568835

Courriel : jfquintard@ch-belair.fr

Fax :

Le contexte

L’origine
Depuis une dizaine d’années, l’établissement organisait des activités sur un mois ou une journée, autour d’un thème spécifique : mois de l’activité physique, de la nutrition, de la main et journées « nationales » : sida, tabac, etc.

Devant le succès des actions précédemment énoncées, l’établissement décide, par le biais du Comité Local Prévention Tabac (CLPT) en 2011, d’organiser au sein de l’hôpital, 3 journées pour la promotion à la santé autour d’ateliers et/ou d’activités de sensibilisation, d’informations et d’apprentissage sur certaines thématiques :

• Hygiène buccodentaire, • Alimentation, nutrition, surpoids, • Activités physiques, • Hygiène du corps, • Tabac, • Alcool, • Sida et MST, • Diabète, • Prévention soleil.

Ces 3 journées sont organisées en « englobant », dans la mesure du possible, la journée mondiale sans tabac du 31 mai. Depuis 2011, cette action est renouvelée. (5ème édition en 2015).

La finalité
Donner au public soigné (patients adultes et enfants) et aussi au personnel de l’établissement, toute catégorie professionnelle confondue, l’opportunité d’entendre un message de prévention sur la santé des niveaux différents, en participant soit à une information, un jeu, une animation qui interrogent, apprennent ou confortent ces publics, dans leurs connaissances des différentes thématiques proposées.

Inclure les patients à la préparation de ces 3 journées. Les faire participer non pas dans le déroulement des ateliers, mais en amont : par la réalisation des supports nécessaires à différents ateliers (mannequin en carton grandeur réelle pour le stand hygiène, mâchoires et dentition réalisées en grande taille, en céramique et peintes, pour illustrer le jeu « Pas mal les dents ! » dans le cadre du stand hygiène bucco-dentaire, etc.)

Quelles étaient les améliorations attendues ? Développer une action de prévention à la santé. Profiter de la présence (hospitalisation) du patient pour lu

La description du dispositif
Faire connaitre au public (patients ou non) différents savoirs, informations sur les différents thèmes liés à la santé et au bien être proposés durant 3 journées.

En amont de ces 3 journées, un travail préparatoire se fait : définition des dates, définition des thèmes des stands, choix des emplacement des stands, définition de responsables pour chaque stand.

Chaque responsable définit avec le groupe de volontaires qui souhaite travailler sur sa thématique le type d’animation qu’il va mettre en place. Un travail peut aussi se faire en collaboration avec les usagers de l’établissement pour élaborer des supports propres aux animations.

Une communication est diffusée dans l’établissement pour l’annonce des 3 journées.

Chaque groupe se charge ensuite d’animer son stand durant 3 journées. Les stands sont tous regroupés dans un lieu stratégique et accessible à un grand nombre. Les stands sont signalés par une signalétique propre et un parcours est balisé afin de favoriser la déambulation.

Les acteurs
Qui est à l’initiative du projet ? Une cadre supérieure de santé et 2 cadres de santé.

Qui a participé ? (groupe de travail, …) Un groupe de pilotage : les professionnels décrits ci-dessus ainsi que les équipes de soins de différents horizons : pédopsychiatrie, addictologie, psychiatrie adultes.

Les partenaires intra hospitalier : 3 médecins psychiatres, la directrice des soins, 3 cadres supérieurs de santé, le directeur financier, le service communication, une pharmacienne, une diététicienne, les soignants volontaires motivés (IDE, AS, Educateurs).

Les axes prioritaires :

renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;

favoriser la médiation en santé dans les structures de soins, médico-sociales et à domicile en mobilisant, entre autre, les médiateurs tels que les médiateurs médicaux, les médiateurs non-médicaux, les personnes qualifiées … ;

faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CRUQPC, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé,… )

La réalisation

La mise en oeuvre
Difficultés rencontrées.

Depuis 5 ans, les limites ont été diverses :

  • problèmes matériels : manque de place en termes de locaux (travaux dans l’établissement), recours à la location de barnum pour héberger les stands, conditions climatiques défavorables,
  • problèmes humains : indisponibilité du personnel prévu pour l’animation d’atelier (maladie),

Eléments facilitateurs de la réalisation du projet. La Direction de l’établissement.

Comment sont impliqués les partenaires, notamment les usagers ? Par la bonne « exécution », le respect du parcours, libre toutefois, à travers les différents ateliers. Par le remplissage du questionnaire de satisfaction et l’ouverture aux suggestions et améliorations. Par la participation à la réalisation de différents supports utilisés sur les stands : (mannequin en carton, jeu des dents réalisés en céramique, etc.)

Le calendrier

Projet initié en :
2011

Projet mis en œuvre en :
2011

Comment et combien ?
Projet mis en œuvre grâce aux différents partenaires cités précédemment. Participation des services techniques (cuisine, blanchisserie), logistiques, informatique et communication de l’établissement.

Réalisation pratique, coûts et moyens mobilisés (matériels et financiers). Achats des produits, aliments, boissons nécessaires par le biais de l’établissement. Depuis deux années, l’Association Etude en Soins Psychiatriques (AESP) finance une partie des besoins. Budget pour les 3 jours 2015 : +/- 500 euros. A noter les coûts supplémentaires les autres années avec la location d’un chapiteau et l’assurance prescrite pour celui-ci.

Moyens humains (recrutement, redéploiement). Personnel soignant et non soignant volontaires.

Avez vous fait appel à des partenaires extérieurs ? • L’assurance maladie, • La Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH), • Le Comité Départemental d’éducation pour la santé (CODES), • Les associations de représentants des usagers.

La communication
Une communication « a priori » a été réalisée par le biais d’affiche et de mails afin de motiver les agents à participer au groupe de travail. Une communication événementielle a été réalisée pour l’annonce et l’organisation des journées (Affiches, Documents pour le jour J, Habillages des stands, Supports thématiques, …) La communication a été faite aussi de manière institutionnelle via différentes instances (Directoire, CME, CSIRMT, CRUQPC, …). Un bilan de restitution a été réalisé sur une année.

Et après

Les résultats
Il existe une plus value : les comportements des patients évoluent au fil du temps, les messages qui sont passés semblent laisser quelques impacts. S’adresser aux patients en « adulte », en les considérants comme partenaire du soin et non comme simple « consommateur », rend une place plus particulière aux patients.

Évaluation et suivi
Une évaluation est faite : (cf. documents en annexe). Evaluation quantitative ; nombre de participants aux 3 journées, Evaluation qualitative ; chaque participant est invité à remplir un questionnaire de satisfaction.

Quelques conseils et témoignages
Témoignage de patients :

« Stands intéressants, appris des choses sur certaines maladies (psychiatrie et autres) : massage, jardin, addictologie, la douleur, etc. J’apprécie la documentation. Dans l’ensemble, c’était bien. Instructif, et éducatif. Il faudrait refaire un parcours de santé. »

Témoignage de soignants :

« Permet d’apprendre de nouvelles infos, lois, techniques. Le personnel prend le temps d’expliquer clairement son stand. Stands et ateliers accueillant : Bien être/Massages. Informations intéressantes. »

Pièces jointes

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page