Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Pays de la Loire > La douleur expliquée aux enfants
Pays de la Loire
3 décembre 2015

La douleur expliquée aux enfants

Objectifs
En rapport avec notre établissement :

  • Présenter les services du Centre hospitalier pouvant être fréquentés par les enfants
  • Faire découvrir le milieu hospitalier
  • Rappeler les principes du service public hospitalier

En rapport avec l’éducation des enfants

  • Exposer les différents moyens non-médicamenteux de prise en charge de la douleur
  • Evoquer les moyens d’expression et de lutte contre la douleur
  • Réaliser l’éducation thérapeutique sur la prise de médicaments : respect des posologies, surdosage, voies d’administration…
  • Eviter les appréhensions infantiles du milieu des soins
  • Susciter des vocations Plus spécifiquement (le 15 octobre 2014) :
  • Mettre en avant le lieu d’exercice de leurs parents, professionnels du CH
  • Intégrer les jeunes patients suivis en pédopsychiatrie dans des projets institutionnels du CH

En rapport avec l’éducation des parents

  • Exposer les différents moyens de prise en charge de la douleur médicamenteux et surtout non-médicamenteux. Les amener à réfléchir et à dialoguer avec leur enfant pour apporter la meilleur aide en cas de douleur.
  • Permettre un échange d’expériences entre parents.

En rapport avec la communication

  • Provoquer des échanges entre professionnels de santé et jeune public en dehors de tout contexte de consultation ou d’hospitalisation
  • Faire passer des messages de bientraitance et de confort pour l’enfant accueilli et hospitalisé

En rapport avec l’éducation des soignants

  • Se mettre à la place d’un jeune patient fréquentant le CH et confronté à la maladie par lui et chez ses proches
  • Intégrer les étudiants infirmiers qui seront « tutorisés » par les professionnels. Leur apprendre à adapter leur langage verbal et non-verbal en fonction de l’âge de l’enfant.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

Centre Hospitalier de SAUMUR

Route de Fontevraud
BP100

SAUMUR 49403

Type de la structure :
établissements de santé

Coordonnées du contact

DERRIEN Caroline

Qualité : Directrice adjointe chargée de la Clientèle

Téléphone professionnel : 0241433278

Courriel : caroline.derrien@ch-saumur.fr

Fax : 0241533209

Le contexte

L’origine
- Le Comité de Lutte contre la Douleur (CLUD) est coprésidé au CH SAUMUR par un médecin et une infirmière spécialisée (IADE) et intègre un représentant des usagers siégeant en Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en Charge et au Conseil de Surveillance. Sur la base d’un projet initié par la coprésidence du CLUD, la dynamique lancée a permis de proposer aux enfants une visite à l’hôpital organisée les 17 Octobre 2011, 31 mai 2013 et 15 octobre 2015.

  • Ces manifestations ont été couplées avec la journée mondiale de la douleur pour les événement se déroulant en 2011 et 2015 et avec la journée citoyenne pour l’édition 2013.
  • Ce projet annuel, renforcé en 2015, a été identifiée par la CRUQPC, lors de sa séance du 15 Décembre 2014, comme une action interne notable dans le programme de lutte contre la douleur et comme susceptible d’être reconnue par le label « droits des usagers ».
  • Une action qui s’est développée au fil des années avec  Un fondement lié aux soins : programme de lutte contre la douleur chez l’enfant ;  Le décloisonnement entre services de part le nombre des animateurs, la participation d’étudiants infirmiers et la possibilité par les professionnels du CH d’accompagner leur(s) enfant(s) ;  Une présentation globale des activités de l’Etablissement.

La finalité
S’appuyant sur le concept de « l’hôpital des nounours », l’organisation est orientée vers la prise en charge de la douleur et la connaissance du milieu hospitalier adaptées aux enfants plus grands (de 5 à 11 ans). Le programme s’adresse aux enfants des écoles primaires, du CP au CM2. Le but est de promouvoir la connaissance par les enfants : Qu’ils pourront exprimer tout leur inconfort Que tous les moyens seront mis en œuvre pour prendre en charge leur douleur, pour les soulager.

En venant à l’hôpital en dehors d’un contexte de stress et/ou d’urgence, l’enfant pourra sans crainte : • Découvrir le milieu hospitalier • Dédramatiser et démystifier les soins • Faire face et savoir gérer la peur et la douleur • Appréhender la notion de douleur, son évaluation, son traitement

Cet axe essentiel a été renforcé et enrichi au fil des ans par des explications sur le fonctionnement de l’établissement car ces orientations supplémentaires ont émergé lors de l’évaluation réalisée par les intervenants et les attentes des petits patients. De même, en 2014, nous avons proposé aux parents un accompagnement spécifique afin de comprendre et de pouvoir aider leur enfant en cas de douleur.

Lors de l’édition 2014 de « la douleur expliquée aux enfants », 7 ateliers et activités installés, mobilisent 40 professionnels (ou futurs professionnels) destinés à 134 enfants âgés de 5 à 12 ans dont 10 enfants de l’hôpital de jour de pédo-Psychiatrie.

La description du dispositif
Nous proposons aux enfants, de préférence dans le cadre scolaire, un circuit d’une durée d’1h30 au sein de l’établissement, Ils assistent et participent à différents ateliers : un cours sur la douleur, une présentation des véhicules d’urgence et SMUR, une simulation de consultation de pédiatrie, et un atelier au choix : bloc opératoire, urgences-suture, urgence-traumatologie, hospitalisation en pédiatrie Pour chaque atelier il existe une trame d’enseignement : nous faisons manipuler le matériel médical, nous donnons des explications sur ce que nous attendons ou voyons quand on regarde les tympans, la gorge. Nous donnons des conseils de prise en charge médicamenteuse et insistons sur les autres « petits moyens » qui marchent bien : nous leur faisons tester la glace, les immobilisations, leur montrons la confection d’un plâtre mais aussi la scie quand il faut l’enlever), la réalisation d’un radio ou une échographie, les pansements, désinfectants, sutures. Nous expliquons le principe de respirer dans un masque pour le MEOPA ou l’anesthésie. Ils reparlent d’une douleur passée, l’évalue avec les outils présentés… Et pleins d’autres gestes qui font notre quotidien et qu’on ne prend plus assez le temps d’expliquer Les ateliers durent entre 15 et 20 mn

Les groupes sont d’environ 25. Il y a deux groupes en parallèle. Et trois créneaux dans la journée car les horaires scolaires avec les trajets ne nous permettent plus d’en accueillir deux dans l’après-midi. Nous recevons donc environ 150 enfants dans la journée. Pour notre première édition, nous en avions accueilli 285. C’était trop !

Un concours est « lancé » ce jour là : dessin sur ce qu’ils ont vu, sur la douleur, concours de certificats de courage..

Des préparatifs en amont consistent en une mise en relation avec les directeurs et/ou professeurs des écoles afin d’expliquer la finalité de l’action. Nous demandons un listing des enfants (pour préparer leur bracelet d’identification) avec un signalement des enfants « craintifs ».

Deux mois environ après l’opération, quelques représentants se rendent dans les écoles pour un bilan de satisfaction, mise au point si nécessaire, résultat du concours proposé

Les acteurs
Equipe projet constitué d’une Infirmière Ressource Douleur (Véronique SAPIENS) + 1 IADE (Virginie RAFFAULT) Directeur de l’IFSI Groupe de correspondants-douleur Associés : Les directeurs et professeurs des écoles et le Service Départemental d’Incendie et de Secours 49 Appui logistique interne : Direction, Direction des soins et Direction économique et financière Validation en CRUQPC

Les axes prioritaires :

renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;

sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers ;

La réalisation

La mise en oeuvre
Implication de diversité d’acteurs, d’âge et situations différentes allant des professionnels du CH, aux membres des instances ainsi que des participants extérieurs (promotions de l’IFSI)

Implication des usagers par la présentation en CRUQPC et la participation de représentants des usagers en CLUD.

La mise en œuvre est plus aisée lorsque les enfants viennent dans le cadre scolaire. Les enfants sont plus attentifs et curieux. Ils sont préparés et cette action est relayée par des travaux scolaires. La version 2014 a permis aux parents d’accompagner leurs enfants. Certains enfants ont butiné et joué. Mais le message est peut-être quand même passé !

Les interventions prévues pour les parents n’ont pas eu le succès espéré. Ils ont préféré suivre de loin leur enfant dans les différentes activités. Seul le cours douleur était commun.

Organisée un mercredi, hors du temps scolaire (c’était encore la semaine de quatre jours), nous avons été en concurrence avec les multiples activités du mercredi (musique et sport…). Le créneau de 9h à 10 h 30 et 13h30 à 15 heures n’étaient pas faciles dans l’organisation d’une famille le mercredi Nous avions invité des centres aérés.

Le calendrier

Projet initié en :
2010

Projet mis en œuvre en :
2011

Comment et combien ?
Avec les services techniques, Installation dans les salles de réunions de l’établissement (car il est important que les enfants viennent à l’hôpital), des différentes animations : Reconstituer un bloc opératoire , Installer à proximité les véhicules d’urgence pour permettre leur visite par les enfants. Inviter les pompiers. Etablir un circuit ; Installer tables, chaises, brancards, matériels nécessaires aux animations. Permettre le visionnage d’un film concernant « la distraction lors des soins » Exposer les posters Prévoir des photos explicatives, des photos de lieux non accessibles aux enfants Organiser avec le service bio-médical, le prêt de matériel déclassé ou de matériel de salle de réveil ou SMUR par exemple (appareil à tension, stéthoscopes, balance, appareil de radiologie , échographe, respirateur … Organiser avec la pharmacie, la mise à disposition de dispositif médicaux (seringues, champs, bandes, désinfectants, aiguilles, cathéters, perfusions.. ; Organiser avec le CLUD, les supports écrits et les échelles d’évaluation, tableaux d’écriture, objets de distraction… Organiser avec le service communication, les inscriptions des particuliers ou des écoles, l’invitation de la presse et de la TV et les différents relais

Mobiliser d’un groupe d’étudiant de l’IFSI Faire participer entre 35 et 40 professionnels et élèves IDE et AS

Prévoir une pochette par enfant avec des supports écrits : carnet de santé, « ordonnance pour que ton hospitalisation se passe bien », brochures Sparadrap « votre enfant a mal, que faire, » , Flyers de l’association

Etablir des mécénats : par une entreprise de jouets et déguisements (entreprise CESAR), dons de peluches aux écoles participantes, récompense du concours de dessins. Un autre mécénat a permis la distribution d’un stylo-seringue par enfant.

La première année, nous avons inauguré notre maquette de l’hôpital reconstituée avec des jouets Playmobil. Celle-ci reconstitue la disposition de notre hôpital. Elle permet ainsi aux enfants hospitalisés en Pédiatrie de se repérer plus facilement dans l’établissement. Assez souvent les enfants rêvassent devant en imaginant…

La communication
Présentation de la démarche dans le journal interne Convergences Invitation de représentant de l’association Sparadrap qui n’avait pu se déplacer en 2011 mais avait envoyé un mail enthousiaste. Invitation de la presse et de la TV Diffusion dans la presse locale et site d’information en ligne (Saumur Kiosque)

Et après

Les résultats
Remise d’un diplôme de courage et d’une fiche d’évaluation adaptée aux enfants pour faire état de leurs observations

Si le label est reconnu à cette action, le diaporama joint à cette présentation sera mis en ligne sur le site internet et sur la chaine interne HTV de l’Etablissement, en précisant la reconnaissance donnée. L’association Sparadrap sera informée et relayera l’événement et le label associé.

Évaluation et suivi
Il a été mis en évidence lors de ces défriefings, une nette amélioration pour les enfants craintifs, et une amélioration importante pour deux enfants qui avaient eu des proches hospitalisés pour des raisons sérieuses. N’ayant pu venir à l’hôpital, n’ayant pas compris toutes les paroles des adultes, une angoisse liée à « l’hôpital » s’était installée. Ils sont arrivés à en reparler sans émotion. Débriefing dans les écoles lors de la première édition et questionnaire de satisfaction la dernière fois (sous forme d’une fiche synthétique) exploité en groupe de travail du CLUD.

Remise d’un diplôme de courage et d’une fiche d’évaluation adaptée aux enfants pour faire état de leurs observations

Si le label est reconnu à cette action, le diaporama joint à cette présentation sera mis en ligne sur le site internet et sur la chaine interne HTV de l’Etablissement, en précisant la reconnaissance donnée. L’association Sparadrap sera informée et relayera l’événement et le label associé.

Quelques conseils et témoignages
Multiplication des partenariats à réaliser aussi bien dans la sphère hospitalière (avec personnels, IFSI et instances) que dans l’environnement commercial (entreprise, secteur économique, association pour les dons de jouets et le recueil de supports…) et le milieu éducatif quand l’expérience est proposée pour des publics scolaires Mobilisation interne primordiale dans la diffusion et l’utilisation généralisée des outils de lutte contre la douleur Organisation interne fiable pour gérer les nombreux enfants et leurs accompagnateurs Quel bonheur de passer cette journée avec des enfants qui ne sont pas malades. Curieux, attentifs, pertinents, naturels quelque soit l’âge. C’est une organisation assez importante, il faut être rigoureux surtout sur les plannings et la répartition des tâches de chacun. Mais nous avons créé des « fiches de poste » et des déroulements de journée. Des coachs guident et accompagnent chaque groupe et au final, nous sommes épuisés mais ravis de cette journée. Le groupe projet tient à disposition tous les supports d’organisation, les scripts des contenus des diverses interventions du cours douleur, des stands et listings de besoins en matériels et quelques explications aussi bien sûr…

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page