Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Île-de-France > La contention physique passive
Île-de-France
9 décembre 2011

La contention physique passive

1. Le porteur du projet

Coordonnées complètes
Groupe hospitalier Raymond Poincaré-Berck-Ambroise Paré-Sainte Périne, APHP
Site Ambroise Paré
9, Avenue Charles de Gaulle
92104 Boulogne Cedex

Coordonnées complètes et fonction du contact
Blasinda Rodriguez, Cadre Expert Soin
Tél. 01 49 09 59 08
Courriel : blasinda.rodriguez[@]apr.aphp.fr

Eric Bertrand, Coordonateur des risques
Tél. 01 49 09 44 76
Courriel : eric.bertrand[@]apr.aphp.fr

Sophie Moulias, Médecin gériatre, Laboratoire d’Ethique Médicale, Université Paris Descartes,
Tél. 01 49 09 45 72
Courriel : sophie.moulias[@]apr.aphp.fr

2. Le contexte

L’origine
Dans le cadre de l’évaluation des pratiques professionnelles, nous avons une réflexion sur la contention physique, dans un cadre hospitalier. La réalisation d’une étude de risque a priori sur les chutes des patients a fait émerger la complexité de la mise en place d’une contention sécurisée chez un patient. En effet l’approche des soignants sur la pratique des contentions a mis en avant une dualité entre le respect et la liberté des patients et leur sécurité.

Une lettre de réclamation d’une famille, qui relate le vécu douloureux du patient et de son entourage lors de la mise en place d’une contention physique, a été l’élément déclencheur de notre réflexion et de notre projet.

Il est rapidement apparu que la population soignante manquait de formation et de repères sur ce sujet.

La finalité
La finalité du projet est de susciter une réflexion et un questionnement des différents acteurs soignants prenant en charge le patient sur l’acte de contention physique passive, défini par le référentiel de l’HAS 2010.

Il s’agit de sensibiliser ces différents acteurs afin d’améliorer la sécurité du patient lorsque cette pratique est considérée comme un acte de soins inévitables.

Les axes d’amélioration attendus de notre projet sont de :

  • Comprendre que dans la prise de décision de contention chacun est concerné : la contention ne peut
  • être bien faite qu’avec des échanges continus entre les acteurs sur la base d’un objectif commun, d’une vision commune, des forces mises en commun.

Chacun est responsable du patient et de la contention et doit réévaluer régulièrement sa nécessité, sa bonne tolérance, son alternative.

Le soin est une dynamique et non un état statique.

  • Arriver à une décision mettant en œuvre le juste nécessaire pour répondre au besoin d’une meilleure sécurité pour le patient incluant le respect de la personne.
  • Réduire la dissonance entre les acteurs du système de santé et les patients et l’entourage.

Ce projet est destiné aux équipes soignantes, médicales et paramédicales, d’établissements de santé francophones pour initier une amélioration des performances de la qualité de la prise en charge autour de la problématique de la contention physique. Car si les conséquences de la contention physique concernent d’abord la personne « contenue », la littérature rapporte également un ressenti pénible des équipes de soins et aussi des familles. (DiFabio S. Nurses’ reactions to restraining patients., Am J Nurs 1981 ;81:973-5. Strumpf NE, Evans LK. Physical restraint of the hospitalized elderly : perceptions of patients and nurses. Nurs Res 1988 ;37:132-7.)

La description du dispositif
La lecture de la lettre de réclamation d’une famille de patient, concernant la mise un place d’une contention, a conduit à une prise de conscience de l’équipe de travail de l’importance d’initier une réflexion sur ce sujet délicat de la contention en établissement de santé.

Une mise en place d’une équipe de travail multidisciplinaire de 14 personnes, composée de représentant des usagers, Infirmier Diplômé d’Etat, Aide Soignant, Ergothérapeute, médecin, cadre de santé, cadre supérieur de santé masseur kinésithérapeute, cadre supérieur de santé, cadre expert soins, coordonateur des risques pour traiter la contention physique. Le premier travail réalisé est de provoquer une première confrontation avec la thématique de la contention, en appréhendant sa complexité et en collectant l’ensemble des données utiles à sa définition par la réalisation d’une carte heuristique. En effet, cette carte nous permet de gérer avec facilité les ambiguïtés entre la vision personnelle de chaque soignant et la vision du groupe qui donne la flexibilité au processus de définition de la contention dans un établissement de santé.

La carte heuristique représente des idées temporaires et arbitraires en liens entre des réflexions interactives des soignants. Ces idées sont classées sous plusieurs thématiques, suivant une architecture arborescente dont l’objectif est de structurer et/ou de faire émerger de l’information. Elle appartient à la famille des outils qui servent à visualiser l’information. De ce fait elle permet à son utilisateur de focaliser sur des détails tout en conservant une vision globale. Elle favorise ainsi la compréhension quasi instantanée des situations complexes. La représentation graphique des idées a permis de transmettre de la connaissance et de « l’émotion » relatées par les équipes soignantes. La carte heuristique est souvent considérée, par analogie, comme l’expression graphique de la structure de notre cerveau.

Toutes les idées ont été recueillies et classées en points positifs et négatifs et les causes ont été hiérarchisées et priorisées. Sur un tableau de comparaison 2 à 2 des causes avec l’introduction d’une pondération. Un classement a ensuite été réalisé en utilisant le modèle Pareto avec histogramme. Ceci permet le classement des causes en fonction de leur impact sur le système. Dans notre étude nous traitons les 20 % des causes les plus « impactantes ». Des solutions concrètes à mettre en œuvre sont recherchées et classées avec un vote de l’équipe de travail. Les critères des solutions trouvées sont l’efficacité, la facilité de mise en œuvre et la facilité de maintenir dans le temps.

L’équipe de travail a validé la hiérarchisation des priorités.

Suite à cette hiérarchisation, des actions fortes ont été priorisées :

  • Audit un jour donné sur la prévalence de la contention (jour et nuit) avant la mise en place des actions
  • La rédaction d’un protocole en vue d’homogénéiser et sécuriser cette pratique
  • La réalisation d’un film et d’une chanson sur la contention pour sensibiliser les acteurs de soins. Le thème traité est délicat et complexe. La réalisation du film de fiction sur la contention physique passive a demandé la participation créative de l’équipe multidisciplinaire.

Pour réaliser le film nous avons fait appel au pôle audiovisuel de l’APHP qui nous a accompagné pour la réalisation de ce projet.

Le recrutement des acteurs a été fait en locale en associant l’acteur Jacques Balutin qui a participé à ce film a titre gracieux.

Les acteurs
Les personnes à l’initiative de ce projet sont : Le coordonateur des risques du groupe hospitalier (Direction qualité et gestion des risques) et le cadre expert en soin (Direction des Soins).

Le groupe de réflexion multidisciplinaire : un représentant des usagers, un infirmier diplômé d’état, un aide soignant, une ergothérapeute, un médecin, un cadre de santé, un cadre supérieur de santé masseur kinésithérapeute, un cadre supérieur de santé

Les axes prioritaires
La participation directe d’un représentant des usagers à été favorisée. Il est membre à part entière du groupe de travail qui permet l’expression et les échanges entre tous. Une expérience riche pour les équipes soignantes qui nous a permis d’agir ensemble avec les usagers dans la réalisation des actions (protocole, préparation de l’audit, film).

Ce projet est témoin d’une forte implication des professionnels associés au représentant des usagers dans le but d’initier une réflexion, un questionnement sur cette pratique de soins.

3. Le réalisation

La mise en œuvre
La direction de l’établissement nous a accompagnée ont dans la mise en place du projet.

Un représentant des usagers (VMEH) participe à toutes les réunions du groupe de réflexion et a également participé au tournage du film.

Le patient est au cœur de l’évolution des établissements de santé. Nous avons voulu faire participer les associations de patients avec les soignants. Les difficultés rencontrées sont :

  • le financement du projet avec un coût de réalisation non financé, s’appuyant sur les ressources interne de L’APHP
  • la médiatisation et de développement du projet dans la zone francophone
  • le financement d’un site web pour la diffusion du projet

Le calendrier
Groupe de réflexion « contention » :

1ére réunion de travail le 28 janvier 2010

1 à 2 réunions mensuelles de 1h00 avec travail effectif en inter session.

Tournage du film sur 3 jours : 14, 21 mars et 05 juillet 2011. Présentation du film septembre 2011.

Une enquête de pratique est réalisée le 28 avril 2011, afin de mesurer la prévalence de la contention physique passive « un jour donné » avant la campagne de sensibilisation des équipes. Une enquête sera programmée après.

Élaboration des procédures de bonnes pratiques mai 2011.

Comment et combien ?
Pour la réalisation du film, le matériel utilisé a été trouvé sur l’établissement. Les acteurs sollicités sont des professionnels de l’établissement. Monsieur Jacques Balutin a été contacté par l’intermédiaire de son agent, celui-ci a gracieusement accepté de participé à titre gratuit.

Différents corps de métiers de l’hôpital ont participé, le peintre, le dessinateur, le responsable informatique, technicien informatique, le responsable du self, le responsable lingerie.

Association C.E.W. France (Cosmetic Executive Women) a assuré le maquillage pour le film.

Le Pôle Audio Visuel et Multimédia (PAM) de l’APHP a réalisé le tournage du film.

Tous les moyens pour la réalisation de ce projet sont internes.

La communication
Le film sera présenté en interne (GH) lors d’une réunion d’information et en externe lors de conférences, congrès…
Accessible sur le site Intranet
Accessible sur Internet
Communication interne : valoriser le travail en équipe
Communication externe : article de presse professionnelle, congrès national ou international
Communication institutionnelle : faire connaître notre action à tous les professionnels
Organiser un évènement « journée thématique » GH

4. Et après

Les résultats
Notre démarche est de susciter une réflexion sur cette pratique de soins, cette démarche est transposable dans tous les établissements de santé.

La diffusion du film permettra les échanges sur tel ou tel point complexe concernant la mise en place d’une contention physique passive spécifique d’un établissement.

Évaluation et suivi
Avant la mise en place des actions, protocole, diffusion du film, un état des lieux a été réalisé le 28 avril 2011, une enquête de prévalence un jour donné.

Cette enquête sera reconduite après la mise en place des actions pour évaluer l’efficacité des actions.

Des indicateurs de suivi pourront être proposés et mis en place dans les secteurs cliniques à la suite de cette réflexion.

Quelques conseils et témoignages
Le partenariat Direction Qualité-Gestion des Risques/ Direction des Soins est primordial dans la réalisation de ce projet et le soutient de la Direction de l’établissement.

Avoir un Pôle Audio Visuel et Multimédia (PAM) qui est force de proposition et qui est partenaire de ce projet.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page