Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Pays de la Loire > L’intimité du patient et les bonnes pratiques soignantes en oncologie
Pays de la Loire
3 décembre 2012

L’intimité du patient et les bonnes pratiques soignantes en oncologie

Objectifs
Sensibiliser les professionnels au respect de l’intimité du patient pour lui offrir une prise en charge plus respectueuse lors de sa venue au sein de l’établissement. C’est également un début de réponse aux remarques formulées par plusieurs usagers dans leurs courriers de réclamation.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

INSTITUT DE CANCEROLOGIE DE L’OUEST

2 RUE MOLL

ANGERS CEDEX 9 49933

Type de la structure :
établissements de santé

Coordonnées du contact

PICHON Joëlle

Qualité : Responsable du service des affaires juridiques, des assurances et des relations avec les usagers

Téléphone professionnel : 02.40.67.99.00 (poste 9504)

Courriel : joelle.pichon@ico.unicancer.fr

Fax : 02.40.67.97.01

Le contexte

L’origine
- Les remarques formulées par des usagers sur le manque d’intimité (chambres doubles, promiscuité) à l’occasion des soins, dans les enquêtes de satisfaction et les courriers de réclamation ont fait apparaître une insuffisance de respect de la dignité de la personne malade.

Né de ce constat, plusieurs professionnels ont souhaité consacrer un temps d’échanges pour discuter de leurs pratiques soignantes et la manière dont elles pouvaient être perçues par le patient lui-même. Le manque d’intimité observé n’est pas seulement lié à des problématiques architecturales, la réflexion doit être poussée à son extrême pour accompagner les réflexions naissantes de la part des professionnels de santé sur ce thème.

  • La volonté de l’Institut de veiller au respect des droits des usagers, de prendre en compte les réclamations formulées par les usagers, de mettre à leur disposition ainsi qu’à celle des professionnels des outils pour en favoriser leur respect, et de continuer la réflexion sur la notion de bientraitance.

En tout état de cause, la réflexion a naturellement évolué vers la thématique de l’intimité et de son respect, valeur partagée par les professionnels et reconnue comme essentielle par les patients.

La finalité
- Faire évoluer les comportements des professionnels de santé en les sensibilisant davantage au respect de l’intimité et en harmonisant leurs pratiques professionnelles

  • Offrir au patient (et à ses proches) une prise en charge de qualité plus respectueuse de sa dignité, de sa singularité et de ses besoins personnels.
  • Sensibiliser les étudiants médicaux et paramédicaux sur la notion d’intimité avec une volonté de leur inculquer le respect de ce doit dans leur vie professionnelle

Améliorations attendues pour respecter davantage l’intimité du patient et de ses proches :

  • Améliorer les temps d’intimité (temps accordé par les soignants, temps choisi par les patients)
  • Aménager les lieux d’intimité (la chambre, le salon des familles, le patio).
  • Aménager et offrir des outils (pancartes) offrant la possibilité au patient (ou au professionnel) de marquer son souhait d’avoir des temps d’intimité
  • Améliorer les pratiques professionnelles en s’efforçant de s’interroger dessus et en les faisant évoluer de façon constructive pour le patient (référentiel de bonnes pratiques).

Population ciblée : Patient, proches, soignants, étudiants para-médicaux et médicaux

La description du dispositif
Pour les professionnels de santé :

Référentiel de bonnes pratiques soignantes sur le respect de l’intimité du patient_ Pour aider le professionnel plusieurs questions lui sont proposées telles que « Quelle est ma définition de l’intimité ?, l’intimité se limite-t-elle à la sphère uro-génitale ? Est-ce que pour moi la chambre du patient est un espace privé ?…. ». Cette démarche invite le professionnel à réfléchir sur ce qu’est l’intimité pour mieux respecter cette notion. Une description est proposée des différentes sphères d’intimité (à la porte de la chambre, à son entrée, dans la chambre, en soins). Un mode opératoire sur l’utilisation des éléments signalétiques est mis en place.

Éléments signalétiques : réalisation de différentes pancartes pour préserver des soins de qualité

  • Pancarte « Entretien en cours » : pour les paramédicaux, psychologues, assistante sociale, bénévole, onco- esthéticienne pour respecter le temps d’échange de chacun des intervenants.
  • Entretien médical en cours : visualiser la chambre où se situe le médecin, le but étant de limiter les dérangements intempestifs
  • Soins en cours : pour le paramédical, lors des soins d’hygiène, massage de confort, pansements,….

Pour les patients :

Éléments signalétiques : Différentes pancartes positionnées sur la porte de la chambre du patient, côté extérieur, ont été réalisées pour respecter les différents temps de son intimité. Ces outils sont présentés au patient en tout début d’hospitalisation.

  • Pancarte « Frappez et entrez » : l’accord du patient est donné de pouvoir entrer dans sa chambre sans attendre son accord verbal. Cette pancarte est aussi utilisée par les patients ayant des difficultés de communication (pathologie ORL, patient en fin de vie….). Il est ainsi rappelé qu’on ne peut rentrer dans une chambre sans que l’autorisation soit donnée par le patient.
  • Pancarte « Ne pas déranger » : celle-ci est mise à la disposition du patient hospitalisé en concertation avec l’équipe soignante pour des moments personnels, de tranquillité, seul ou avec son entourage. Elle vise à empêcher les personnes de rentrer dans la chambre du patient pour préserver des espaces de liberté et d’intimité qu’il choisit en toute liberté.

Outils favorisant la mise en place d’un espace propre au patient propice au bien-être

  • Dans sa chambre : matériels invitant le patient à investir et à individualiser son espace de vie (tableaux magnets, calendrier …) mais également sensoriel (musique, soins du corps et toucher, diffuseurs de parfum).
  • Dans le salon des familles : lieu laissé à la disposition des familles et des patients pour y vivre des moments conviviaux, de restauration, des moments de repos…
  • Dans le patio : accessible pour les patients alités ou non, permettant de sortir prendre l’air avec leur proches, accéder à leurs derniers souhaits, possibilité d’organisation de moments conviviaux (repas). Volonté de créer un nouvel espace d’accueil extérieur pour les patients alités. A ce jour, le lieu a été retenu et validé par la Direction. Son financement se fera pour la moitié avec le prix Braun , et l’autre moitié par l’établissement. Début des travaux prévu : 2ème semestre 2012. Une fiche de présentation des patios sera accessible dans toutes les chambres d’hospitalisation et des règles de bonnes conduites seront présentées. Un système d’appel sera installé dans le patio.

Les acteurs
- Initiative appartient à une équipe de professionnels de santé du site nantais (directeur de soins, cadres de santé, infirmiers, aides-soignantes, médecins, psychologue, diététicienne).

  • Indirectement les patients via les réclamations qu’ils ont formulées sur le manque d’intimité dans les chambres doubles. Leurs réclamations ont permis de renforcer l’effectivité de ce droit en sensibilisant les professionnels de santé et en créant des outils adaptés pour mieux respecter ce droit.

Personnes concernées : patients, professionnels de santé

Les axes prioritaires :

Faire converger les droits des usagers des structures sanitaires, sociales et médico-sociales notamment au travers de la participation des usagers (CRUQPC, CVS) et des outils adaptés pour l’activité libérale ;

Renforcer l’effectivité des droits des usagers par la mise en place d’outils favorisant le traitement des réclamations et des plaintes comme la prise en compte de ces dernières dans une démarche qualité

Mobiliser les professionnels de santé pour la promotion des droits des usagers

Renforcer et préserver l’accès à la santé pour tous par une information adaptée y compris pour les soins de santé transfrontaliers

La réalisation

La mise en oeuvre
Professionnels de santé : Leur intérêt a été un élément facilitateur de la mise en œuvre de ce projet. Des rencontres de présentation ont été organisées au sein des services de médecine, chirurgie, hôpital de jour et auprès des brancardiers où le projet leur a été présenté et adapté à leur activité. La présentation du projet se fera ensuite pour les professionnels travaillant sur les plateaux médico-techniques (radiologie, radiothérapie) afin de trouver ensemble des améliorations à apporter dans leur quotidien.

Les réclamations des usagers ont favorisé une réflexion sur ce thème.

CRUQPC et Comités de patients :

Intérêt manifesté lors de la présentation des outils en CRUQPC en avril 2012. Une réflexion identique est lancée pour le site angevin dès octobre 2012.

Difficultés rencontrées :

L’équipe de coordination projet rencontre quelques difficultés dans la sensibilisation de quelques professionnels de santé à la présentation du projet par faute de temps.

Nécessité de rappeler aux équipes l’utilisation des pancartes créées et du référentiel de bonnes pratiques soignantes. Une réflexion est menée également sur la sensibilisation et l’accessibilité des différents outils aux nouveaux arrivants. Une journée par semestre est organisée où un infirmier et une aide-soignante du projet vont à la rencontre des équipes afin de répondre aux différentes questions sur l’utilisation des pancartes.

Le calendrier

Projet initié en :
01. avant 2010

Projet mis en œuvre en :
2012

Comment et combien ?
Coordination du projet par des professionnels de santé : un groupe de travail pluridisciplinaire a coordonné le projet et des professionnels de santé ont été détachés pour le présenter au personnel.

Coût total du projet : 65 000€ répartis comme suit :

  • 5 000 € (signalétiques [pancartes], aménagement des chambres [tableau magnétique, poste radio CD, magnets, diffuseur d’huile essentielle : projet de développer la formation d’aromathérapeute…].
  • 60 000 € : Aménagement du patio prévu au 2nd semestre 2012 (travaux – ouvertures à créer, sol, téléphone)

Le projet a été financé à hauteur de 25 000 € par la fondation d’entreprise Braun.

Partenaires extérieurs : non.

La communication
A la suite de l’obtention du Prix BRAUN, une communication a été réalisée via le site Internet de la Fondation. En décembre 2010, une présentation de l’obtention du prix a été faite dans la lettre d’information interne aux salariés.

Avril 2011 :

  • Présentation au Réseau soins palliatifs RESPAVIE
  • Présentation à la 2ème édition du prix Braun.

2013 :

  • Projet d’inauguration du patio avec la participation des journaux locaux.
  • Communication dans le livret d’accueil du patient
  • Projet de rédiger un article dans une revue paramédicale

Et après

Les résultats
Les échanges ont permis d’approfondir la réflexion et de dégager différentes dimensions de l’intimité comme l’intimité physique, émotionnelle, spirituelle et celle du couple souvent mises de côté ou oubliées.

Une véritable prise de conscience s’est donc faite autour de cette thématique rappelant que le respect doit se faire à tout moment, et ce dans l’intérêt de la personne elle-même. L’autre intérêt est de rappeler que le patient affecté par sa maladie est un être autonome libre de ses choix, et non un simple objet à soigner.

Ce travail s’intègre dans l’émergence de la prise de conscience des professionnels de santé que la chambre du patient est un espace privé (Arrêt Chantal Nobel) et mis à sa disposition pour un temps donné et en ce sens « respectable ».

Le regard positif manifesté autour de ce projet par les professionnels, les usagers et les établissements de santé montre l’intérêt qui s’en dégage.

Tout établissement de santé peut reproduire aisément ce type d’outils de signalétique ou encore reprendre un référentiel de bonnes pratiques soignantes sur le respect de l’intimité au profit du patient. De simples aménagements dans les espaces de vie du patient peuvent lui être bénéfiques. Citons l’exemple des tableaux magnétiques qui offrent à chacun la possibilité d’individualiser ces lieux en les rendant plus proches de soi pour se sentir mieux et échapper quelques instants à l’angoisse que peut dégager une hospitalisation. Le fait d’offrir au patient (et à son entourage) la possibilité d’individualiser la chambre où il est hospitalisé permet de créer un environnement serein à l’accompagnement.

Évaluation et suivi
Eté 2011 : enquête lancée auprès des soignants pour évaluer leur représentation quant à l’intimité dans leur activité professionnelle.

Novembre 2011 : Présentation du projet « Intimité du patient et bonnes pratiques soignantes » aux usagers et personnels dans le cadre de la Journée « 2011 Année des patients et de leurs droits : Quelles mises en œuvre concrètes pour l’ICO ? »

Fin 2012 : Projet de réalisation d’une enquête auprès des patients pour évaluer le bien fondé des équipements.

2013 : ajustements selon les résultats de l’enquête.

Quelques conseils et témoignages
- Bien évaluer la maturité des professionnels de santé sur ce thème pour une meilleure implication dans le projet.

  • Bien évaluer les attentes des usagers
  • Désigner un référent de terrain paramédical et constituer un groupe de travail pluridisciplinaire

Si ce projet a été mené dans le domaine de cancérologie celui-ci peut aussi bien s’adapter à tout type de structures ou spécialités dans l’intérêt des patients.

Pièces jointes

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page