Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > Culture et santé > Haute-Normandie > Découverte du cinéma et réalisation d’un film "à la manière de "
Haute-Normandie
9 janvier 2014

Découverte du cinéma et réalisation d’un film "à la manière de "

Objectifs
L’objectif est de valoriser les potentialités artistiques des jeunes. L’action est motivée par la volonté de permettre l’accés à la culture de l’image et l’apprentissage des modes d’expressions par l’image. C’est de permettre aux usagers d’avoir accès aux technologies cinématographiques, de rencontrer des professionnels, des comédiens, d’utiliser le matériel.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

IME "Le Chant du Loup"

Route de Sahurs
BP 4

CANTELEU 76380

Type de la structure :
établissements de santé

Coordonnées du contact

LOUESDON Isabelle

Qualité : Agent éducatif sur l’unité d’internat fille

Téléphone professionnel : 0235524343

Courriel : isalouesdon1@voila.fr

Fax : 0235523822

Le contexte

L’origine
L’IME du Chant du Loup accueille des jeunes atteints d’une déficience intellectuelles avec des troubles associés de type instrumental et/ou psychologique. L’objectif est de valoriser les potentialités artistiques des 12 jeunes filles impliquées.

La description du dispositif
De permettre aux enfants d’avoir accès aux technologies cinématographiques, de rencontrer des professionnels, des comédiens, d’utiliser le matériel et d’être impliqués dans les différentes étapes du processus de réalisation d’un film. Confronté au quotidien à la distance de compréhension et surtout aux difficultés de communication éprouvées par les jeunes filles handicapées, l’institution souhaitait par l’utilisation de l’outil cinéma montrer qu’il existe d’autres moyens de s’exprimer, le principal était de trouver celui qui permettrait à chacun d’entre elles d’entrer en relation avec autrui.Il s’agit d’un groupe de 12 jeunes filles âgées de 8 à 16 ans. Elles sont atteintes de déficiences intellectuelles qui ont entrainé un retard dans les apprentissages de base et rendu compliquée l’adaptation au milieu ordinaire. Trois jeunes filles du groupe souffrent de maladies profondes qui nécessitent une vigilance accrue (épilepsie, malformations et fragilités osseuses…)

Les acteurs
Le directeur de l’établissement est à l’initiative du projet et confie le suivi du projet au responsable éducatif.

La réalisation

La mise en oeuvre
Le projet a été pensé comme une première étape d’une action qui devrait s’inscrire dans la durée. Il s’agissait dans ce cadre de sensibiliser les équipes de l’IME tout en proposant une action artistique structurante pour les enfants.Le projet s’est déroulé en deux phases. La première comportait en trois séances hebdomadaires. La seconde phase s’est déroulée sur trois séances sous forme de journée.

Les premières séances étaient consacrées à l’écriture collective du scénario. Les enfants ont pu dessiner des croquis représentant leurs personnages. Jeu de comédien devant la caméra pour s’entrainer à l’expression de sentiment, la mise en mouvement.

La seconde phase : tournage en extérieur. Premières étapes d’initiation aux métiers techniques du cinéma (éclairagiste, preneur de son, cadreur, costumière…) Jeu d’acteur.

Ce projet modeste dans le temps est pensé comme une première étape d’une démarche de sensibilisation que nous souhaitons inscrire dans la durée.

Le calendrier

Projet initié en :
2013

Projet mis en œuvre en :
2013

Comment et combien ?
Des rencontres préalables ont eu lieu entre le coordonnateur du projet au sein du Pôle Image de Haute-Normandie et l’institution médico-sociale. La contextualisation du projet s’est nourrie des rencontres du cinéaste avec les professionnels (éducateurs, thérapeutes, professeurs) de l’institution. La personne en charge du projet a pu, par des lectures, sensibiliser en amont les enfants à la venue du cinéaste.

La communication
La communication * Quelle valorisation du projet ? Quelle forme de communication ? Publication ? Mise en ligne ? Interviews écrites ou audiovisuelles ? Relations institutionnelles reportages.

Les partenariats initiés par le Pôle Image régional dans le cadre du programme culture-santé fait l’objet d’une communication important dans le cadre du dispositif « Passeurs d’image » Ainsi des projections ont lieu dans des cinémas de proximité. L’objectif étant de valoriser des productions devant un public mixte (famille, grand public, personnes impliquées.)

Et après

Les résultats
L’impact le plus significatif de ce projet est à voir du côté des jeunes filles investies dans l’action. Chacune d’elle a donné à voir une évolution dans ses comportements entre le début et la fin du projet. Ces évolutions sont d’ordre physique et psychologique. Pour ce qui est de l’évolution physique, il y a eu des prises de conscience de la valorisation possible de leur apparence, le plaisir de revêtir un costume et de prendre soin de sa présentation visuelle, une capacité pour certaines d’entre elles à s’exprimer par le regard et le corps. Il a fallu aussi qu’elles fassent preuve de concentration et de patience durant toutes les séances de réalisation en décor naturel ce qui, pour certaines, a nécessité un réel effort sur la gestion de leur comportement habituellement d’humeur variable et dispersé. Certaines ont réussi à dépasser une grande timidité pour répondre au besoin de rendre vivantes et expressives les photos. Sur le plan psychologique, un réel travail sur la confiance en soi s’est opéré par cette action. Il en est de même sur la capacité à accepter le regard des autres. Une fois la phase d’action réalisée, des échanges verbaux ont eu lieu avec le reste du groupe qui n’avait pas participé au projet. Les discussions relataient les difficultés rencontrées mais aussi et surtout le plaisir pris par chacune et l’envie de recommencer pour réaliser cette fois un film et apprendre à filmer.

S’agissant des familles, celles-ci pour la plupart étaient fières de voir leur enfant participer à un projet artistique aussi exigeant En ce qui concerne le personnel de l’institution, ceux-ci ont souhaité poursuivre l’expérience en exploitant la découverte des techniques cinématographiques. L’établissement considère que le projet a eu un impact fort sur le public accueilli, sur les familles et les personnels. Ce type de projet renvoie une image d’ouverture à l’extérieur, démontre une volonté d’accompagner l’acceptation de la différence et de valoriser chacun en fonction de ses potentialités.

Évaluation et suivi
Les partenaires du programme culture-santé ont pris l’habitude de se déplacer en binôme sur les différents projets. Un temps d’observation a lieu pendant les ateliers et lors des temps de restitution. Participe à ces réunions outre, les partenaires du programme, les représentants de l’établissement, la structure culturelle partenaire, le cinéaste associé, certains usagers. Dans ce cadre sont évaluées la dimension partenariale du projet et la capacité de l’artiste à travailler en direction de public spécifique. Les actions peuvent être le cas échéant réorientées en fonction des difficultés rencontrées. Un bilan précis est par ailleurs demander aux deux partenaires (structure culturelle et établissement médico-social) Le croisement de ces deux démarches permet d’avoir une lecture fine de l’action soutenue par le programme. Les éléments et indicateurs observés sont : la périodicité de l’action, l’évolution du projet, l’implication des enfants, la prise en compte du projet culturel dans le cadre du projet d’établissement. Le point de vue des artistes sur les capacités de l’établissement médico-social à intégrer une dynamique culturelle et artistique dans le fonctionnement au quotidien de l’institution

Quelques conseils et témoignages
En ce qui concerne l’établissement, il s’agira d’accompagner l’évolution d’un projet dans le temps avec les mêmes enfants tout en ouvrant à un public plus large. Le projet devra monter en puissance en ce qui concerne les objectifs à atteindre. Le Pôle Image régional est un partenaire impliqué dans le cadre des dispositifs « culture et personnes âgées » et « culture handicap ». Le savoir faire du coordonnateur permet de mobiliser des cinéastes sensibilisés à cette démarche d’action culturelle en milieu de santé. Depuis trois ans, 8 jumelages ont été développés autour d’une action audiovisuelle. Le contexte de l’hôpital ou des établissements médico-sociaux est fragile quand il s’agit de mettre en place un projet culturel. Il faut nécessairement s’adapter aux contraintes imposées par la maladie ou le handicap. Il est nécessaire de prendre en compte leurs limites. L’artiste doit nécessairement adapter sa pratique tout en gardant un bon niveau d’exigence. La nécessité d’avoir un partenaire culturel réactif et susceptible d’adapter sa démarche au contexte spécifique du monde du handicap. Identifier une structure médico-sociale qui accepte d’inscrire au cœur de son projet éducatif, un projet artistique et d’en faire un élément central de la vie de l’établissement. Inscrire le projet sur la durée ( trois années idéales) pour ne pas réduire l’action à un événement et impliquer l’ensemble des professionnels et toucher un nombre important d’enfants.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page