Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Picardie > Entendre et regarder pour prendre en compte le handicap sensoriel
Picardie
3 décembre 2012

Entendre et regarder pour prendre en compte le handicap sensoriel

Objectifs
Le groupe projet a pour objectif l’adaptation de l’hôpital au handicap qui va au-delà de la simple mise en conformité des locaux et des équipements.

Adapter l’accueil, l’information, les soins et le séjour hospitalier dans sa globalité à la personne atteinte d’un handicap sensoriel pour qu’elle puisse, comme pour tout usager, accéder et bénéficier du libre choix et des mêmes droits afin que le handicap ne soit plus un frein à des soins optimisés et que ce patient participe activement à ses soins.

Avoir au sein du centre hospitalier de Château-Thierry une politique locale du handicap qui s’appuie sur les besoins, les attentes et les propositions des personnes en situation de handicap, des proches, des associations et des professionnels.

La priorité est donnée à la mobilisation des professionnels de santé et des associations par le biais des formations, de l’aménagement des locaux et de l’achat d’équipements afin de :

  • Permettre l’assistance humaine ponctuelle durant les heures ouvrables : 9h- 17h du lundi au vendredi, par un agent hospitalier formé au handicap sensoriel. Les associations « Voir autrement » et « ARDDS02 » envisagent de prendre le relais le week-end sur ces mêmes horaires via une convention ;
  • Sensibiliser les professionnels de santé au handicap sensoriel et les éduquer à sa prise en charge ;
  • Former 12 personnes au langage des signes ;
  • Fournir au personnel hospitalier les moyens nécessaires à l’identification, la communication et la prise en charge du handicap sensoriel : o Questionnaires ; o Documents supports ; o Pictogrammes et autocollants en relief ; o Agenda électronique ; o kits spécifiques au handicap visuel et auditif avec les accessoires et les objets indispensables pour une adaptation ponctuelle.
  • Prévoir au plan de financement le coût des matériels, des aménagements et de la signalétique permettant l’accessibilité de l’hôpital aux personnes en situation de handicap sensoriel.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

Centre Hospitalier de Château-Thierry

Monsieur Alexandre Fritsch, le directeur
Route de Verdilly - BP 10179

Château-Thierry cedex 02405

Type de la structure :
établissements de santé

Coordonnées du contact

Rousselle Corinne

Qualité : Présidente de la Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en Charge (CRUQPC)

Téléphone professionnel : 03 23 69 73 92

Courriel : corinne.rousselle@ch-chateau-thierry.fr

Fax : 03 23 69 73 96

Le contexte

L’origine
- Face à la nécessité de prendre en charge les personnes en situation de handicap de manière individualisée, le service public hospitalier se doit de faire preuve d’adaptation.

  • Les plaintes et réclamations traitées et analysées par la CRUQPC ainsi que les difficultés rencontrées par le praticien ORL ont fait émerger ce projet qui s’inscrit dans la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, précédée de la loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale.
  • Il y a une prise de conscience de prendre en compte spécifiquement le handicap et une volonté de favoriser la réflexion collégiale en amont des organisations et des actions du Centre Hospitalier de Château-Thierry pour favoriser l’autonomie, le respect de la dignité et, que la personne atteinte d’un handicap ait le choix de montrer ou non son handicap sachant que des moyens sont à sa disposition. L’intégration de la personne en situation de handicap dépend de la volonté collective pour un bénéfice collectif.
  • Le projet décliné ci-dessous porte sur le handicap sensoriel- relationnel lié au handicap visuel qui inclut les malvoyants et les non voyants et au handicap auditif qui inclut les malentendants, les devenus sourds et les sourds.
  • Les actions développées dans ce projet font l’objet d’une présentation des spécificités par type de handicap.

La finalité
Quelle est la finalité du projet ?

  • Adapter l’accueil, l’information, les soins et le séjour hospitalier dans sa globalité à la personne atteinte d’un handicap sensoriel dans le respect des droits de l’usager.
  • Avoir au sein du centre hospitalier de Château-Thierry une politique locale du handicap destinée à la fois aux handicapés, à leurs proches, aux professionnels et aux associations, en intégrant à la CRUQPC la coordination et le suivi des actions en faveur des usagers en situation de handicap.

Quelles sont les améliorations attendues ?

  • Avoir une prise en charge formalisée, personnalisée et adaptée aux personnes souffrants d’un handicap sensoriel qui n’existait pas antérieurement au Centre Hospitalier, à l’accueil et dans les services de soins.
  • Permettre à la personne en situation de handicap sensoriel de rester autonome le plus longtemps possible, en sécurité.
  • Promouvoir une meilleure intégration à la vie sociale hospitalière et participation aux soins avec l’aide de personnels formés : créer une interface de communication.
  • Apporter au personnel hospitalier les connaissances et les équipements nécessaires pour communiquer avec la personne atteinte d’une déficience auditive ou visuelle.
  • Prendre en compte directement les besoins et les attentes spécifiques des personnes en situation de handicap sensoriel par des rencontres régulières des deux associations « Voir Autrement » et « ARDDS 02 ».
  • Permettre le dialogue entre toutes les parties prenantes : les usagers, les associations et les professionnels hospitaliers afin de proposer des moyens d’amélioration de la prise en charge du handicap sensoriel au sein de l’établissement de santé dans le respect du libre choix de l’usager.

Pour qui est-il destiné ?

  • Le personnel hospitalier (administratif, soignant, médico-technique et logistique)

Quels sont les usagers cibles ?

  • Les malvoyants, les non voyants ;
  • Les malentendants, les devenus sourds, les sourds.

La description du dispositif
Description précise et concise du projet :

  • Apporter au personnel hospitalier les connaissances nécessaires à l’appropriation et à l’accompagnement du handicap sensoriel.
  • Elaborer et imprimer les documents supports destinés à l’éducation des personnels hospitaliers à la prise en charge du handicap sensoriel, et à l’information des personnes en situation de handicap sensoriel.
  • Dans le cadre d’un rendez-vous ou d’une hospitalisation, l’accompagnement peut-être organisé en amont via un agenda électronique dédié à la prise en charge du handicap, accessible aux personnels formés, aux agents d’accueil et aux secrétariats.

A l’accueil

  • Identifier une personne en situation de handicap sensoriel lors de l’accueil administratif et médical (accueil central, consultations, urgences, maternité, pédiatrie, IRM) avec l’aide d’un questionnaire pré-établi.
  • Signaler le handicap en plaçant une vignette autocollante relative au handicap sur la feuille de circulation ou sur la première page du dossier médical.
  • La prise en charge de la personne (informations, orientation) sera adaptée au degré du handicap : le labial, l’intensité de la voix, le visuel, l’écrit, le dessin, le matériel et l’assistance humaine physique.

Spécificités relatives au handicap visuel :

  • Mettre en place une rampe d’aide à l’orientation pour accéder au guichet d’accueil, à la borne « carte vitale » et au siège identifié qui se situeront dans un même espace.
  • Permettre aux malvoyants et aux non voyants d’identifier son moment de passage à l’accueil.
  • Mettre en place une bande podotactile : o A l’entrée de l’hôpital entre le trottoir et les portes automatiques du hall d’entrée ; o Devant les marches et l’ascenseur muni d’une synthèse vocale et dont les boutons sont munis de marquages tactiles permettant l’identification de l’étage souhaité.

Spécificités relatives au handicap auditif :

  • Remettre une plaquette d’informations relative à la prise en charge des personnes sourdes et malentendantes à la personne en situation de handicap sensoriel pour expliquer les moyens mis en place pour faciliter son séjour à l’hôpital.
  • Equiper le guichet d’accueil et d’admission d’une boucle magnétique portative permettant aux personnes malentendantes appareillées ou non d’entendre plus clairement et plus facilement l’agent d’accueil.
  • Pour les sourds « signeurs » (sourd pratiquant la langue des signes française- LSF), le personnel hospitalier formé à la langue des signes doit venir chercher la personne et l’accompagner durant tout son parcours.

En salle d’attente

  • Chaque salle d’attente sera équipée d’un siège identifiable par des logos officiels du handicap et accessible notamment par une rampe ou par l’accompagnement d’un agent du centre hospitalier.
  • Le personnel hospitalier doit venir chercher la personne en situation de handicap sensoriel et l’accompagner jusqu’au bureau, la salle d’examen ou la cabine de déshabillage, et indiquer les emplacements du portemanteau, du siège, la fermeture de la porte et indiquer la tenue vestimentaire attendue.
  • Pour chaque examen ou chaque soin, l’action doit être expliquée, commentée et accompagnée par le geste voire l’écrit, et faire une description succincte du matériel utilisé. Sans oublier de raccompagner la personne une fois le soin ou l’examen terminé en s’assurant que les informations ont bien été comprises.

Lors du séjour à l’hôpital

  • Besoin d’un accompagnateur voire d’une personne formée au langage des signes pour aller jusqu’à la chambre et expliquer son environnement.
  • Les déplacements pour les examens complémentaires sont assurés de préférence par le brancardier formé à la prise en charge du handicap sensoriel voire au langage des signes.
  • La sortie doit pouvoir s’orchestrer avec les assistantes sociales formées à la prise en charge du handicap sensoriel voire au langage des signes.
  • Organiser le suivi de l’appareil auditif et des lunettes pour que la personne reste le plus longtemps possible en possession du matériel indispensable à sa communication (bloc opératoire, salle de réveil, examen d’imagerie)
  • Le médecin et le personnel soignant doivent s’adresser directement au patient.

Spécificités relatives au handicap visuel :

  • L’accompagnateur doit se présenter et proposer son aide pour renseigner sur : le nom du service, l’étage, le numéro de la chambre, le nombre d’occupants, si le second lit est occupé, identifier le lit dans l’espace et les objets situés en périphérie du lit par la description verbale et le toucher, la position de la sonnette, la fenêtre avec son système de fonctionnement, son côté de placard, le cabinet de toilette avec son espace personnel.
  • Expliquer l’environnement du service et les endroits qui peuvent être fréquentés ou utiles : la salle d’attente de l’étage, la salle de soins, la salle de repos du personnel, l’espace douche et les ascenseurs.
  • Activer la fonction audio descriptive lors de l’ouverture des droits à la télévision au relais H.
  • Les objets doivent rester toujours à la même place durant toute la durée du séjour.
  • Accrocher au lit un pochon afin d’y placer la canne blanche et les chaussons.
  • Permettre le maintien de la carafe d’eau et du verre par un système d’anneau en métal fixé à la table.
  • Identifier le contenu du plateau repas et préciser l’emplacement des aliments selon la méthode de l’horloge.
  • Identifier les médicaments placés dans un contenant (pilulier) par leur nom, leur quantité, leur forme.
  • Permettre l’identification tactile par un marquage temporaire des objets environnants et des endroits fréquentés.
  • Le patient doit pouvoir identifier sa chambre par un marqueur tactile temporaire « patafix » sur la rampe ou le mur en amont et en aval de la chambre.
  • Ajouter temporairement dans le cabinet de toilette de la chambre à deux lits : une tablette, un porte serviette et gant amovibles.
  • Le personnel hospitalier doit se présenter en entrant et indiquer verbalement lorsqu’il quitte la pièce. Il donne la raison de sa venue et commente le déroulement de l’action.

Spécificités relatives au handicap auditif :

  • Remettre une plaquette d’informations relative à la prise en charge des personnes sourdes et malentendantes à la personne en situation de handicap auditif pour expliquer les moyens mis en place pour faciliter son séjour à l’hôpital.
  • Donner un document écrit sur le déroulement d’une journée type hospitalière, voire à l’intégrer au livret d’accueil pour tous les usagers.
  • Activer le télétexte ou le sous titrage de la télévision lors de son ouverture au relais H.
  • Afficher dans la chambre les codes couleurs des blouses portées par les personnels.
  • La chambre doit être équipée pour la sécurité de la personne sourde ou malentendante d’un kit d’équipement amovible.
  • Pour le sourd « signeur », le personnel hospitalier formé au langage des signes accompagne le soignant dans ses explications pour les soins et la prise des médicaments.
  • Sensibiliser les professionnels de santé aux manières de s’adresser aux malentendants via les 10 commandements.

Lors des déplacements hors des services de soins

  • Lors de l’hospitalisation, pour les déplacements liés à la régularisation administrative et aux problèmes logistiques, identifier un créneau horaire durant lequel la personne formée à l’handicap puisse accompagner la personne en situation de handicap sensoriel pour accomplir ses démarches.

Les acteurs
Qui est à l’initiative du projet ?

  • Le directeur du centre hospitalier
  • Le praticien hospitalier ORL
  • Les associations
  • Les membres de la CRUQPC

Qui a participé ? (Groupe de travail)

Les membres du groupe projet sont :

  • La présidente de l’association ARDDS 02 de Picardie, Madame M.F. Bentz
  • La secrétaire de l’association ARDDS 02 de Picardie, Monsieur Bentz
  • La secrétaire de l’association Voir Autrement, Madame I. Charles
  • Le praticien ORL et adhérent de l’association ARDDS 02 de Picardie, Docteur A. Hortal
  • Le représentant des usagers de la CRUQPC, Monsieur M. Tugaut
  • La présidente de la CRUQPC, Madame C. Rousselle

Le directeur, Monsieur A. Fritsch pour la validation (avec le directoire)

Les axes prioritaires :

Renforcer l’effectivité des droits des usagers par la mise en place d’outils favorisant le traitement des réclamations et des plaintes comme la prise en compte de ces dernières dans une démarche qualité

Mobiliser les professionnels de santé pour la promotion des droits des usagers

Renforcer et préserver l’accès à la santé pour tous par une information adaptée y compris pour les soins de santé transfrontaliers

La réalisation

La mise en oeuvre
La mise en œuvre Difficultés rencontrées :

  • La sélection des axes prioritaires a fait l’objet d’une large réflexion entre les professionnels de santé, les associations et les usagers afin de mettre en place des actions simples, efficaces et peu coûteuses. Cependant, les acteurs du projet ont dû identifier et extrapoler les financeurs potentiels de la formation commune hospitalo-associative, des achats de matériels et des travaux.
  • La difficulté a été d’estimer les besoins et les attentes de la personne pour une prise en charge graduelle selon le degré de handicap. Et de savoir si tous les usagers en situation de handicap sensoriel veulent être aidés via un accompagnement spécifique. Or, il suffit de leur demander.
  • Les personnels hospitaliers identifiés et formés à la prise en charge du handicap sensoriel doivent à la fois occuper leur fonction propre et se rendre disponibles à tout moment pour une prise en charge ponctuelle en urgence ou en programmé. Le poste de cet agent doit lui permettre d’être disponible pour l’accompagnement de la personne en situation de handicap.

Eléments facilitateurs de la réalisation du projet :

  • La volonté du ministère de la santé, de l’ARS et du directeur du centre hospitalier de promouvoir les droits des usagers et de développer la démocratie sanitaire, dans la continuité de la dynamique instituée par le label « 2011, année des patients et de leurs droits ».
  • En termes de communication et de marketing, l’éventuelle labellisation du projet du Centre Hospitalier de Château-Thierry voire sa mise en ligne sur les sites internet du ministère des affaires sociales et de la santé, et de l’ARS Picardie favoriseront sa mise en œuvre et lui apporteront la reconnaissance d’utilité publique.
  • Proposer ce projet novateur à l’ARS Picardie peut permettre d’obtenir une partie voire l’appui à la recherche des financements nécessaires à la mise en place du projet (formations, matériels, aménagements et ressources humaines).
  • La forte implication et coopération des représentants des usagers et des associations Voir Autrement et ARDDS 02.
  • Le directeur du centre hospitalier a mis à la disposition du projet « Label droits des usagers 2012 » les moyens matériels et humains dont il dispose : o Désignation de la présidente de la CRUQPC pour construire et conduire ce projet ; o Accès aux compétences internes et aux personnes ressources comme le gestionnaire des risques, le directeur qualité, le personnel des services informatiques, de la reprographie et des ateliers.
  • L’étude des profils des agents hospitaliers ayant une aptitude à suivre une formation et à prendre en charge les personnes en situation de handicap sensoriel est assurée par le directeur, le médecin du travail, le directeur des ressources humaines et la directrice des soins, selon le cahier des charges du projet.

Comment sont impliqués les partenaires, notamment les usagers ?

  • Les représentants des usagers et les associations « Voir Autrement » et « ARDDS 02 » liées au handicap sensoriel sont parties prenantes au projet et :

o ont relayées les témoignages des personnes atteintes d’un handicap sensoriel- relationnel qui ont été hospitalisées et confrontées à différents problèmes ;

o ont fait part des difficultés d’approche et de communication des personnels hospitaliers qui rencontrent ces personnes ;

o ont été présents aux 17 réunions de travail pour l’élaboration de ce projet (3 réunions plénières et, les deux sous groupes qui ont travaillés les spécificités du handicap sensoriel se sont réunis chacun 7 fois : l’un relatif aux malvoyants et non voyants et l’autre relatif aux malentendants et sourds) ;

o présence d’un représentant des usagers à toutes les réunions de travail ;

o se sont engagés à participer aux réunions bimensuelles sur le dernier trimestre 2012 pour la préparation des actions ;

o se sont engagés à participer à la mise en œuvre des actions opérationnelles au 1er semestre 2013 ;

o se sont engagés à participer aux réunions de suivi, d’évaluation et de réajustement des actions au 1er semestre 2014.

  • Les associations :

o interviennent auprès des instituts de formation, des professionnels de santé libéraux et des établissements médico-sociaux ;

o ont proposé de prendre le relais de la prise en charge de la personne en situation de handicap sensoriel hospitalisée le week-end, de 9h à 17h via une convention.

Calendrier du projet, de la réflexion à la décision de mise en œuvre et de réalisation effectives :

Courant deuxième semestre 2012 :

  • Concertation avec le directoire ;
  • Information des instances ;
  • Repérage des professionnels pouvant assister une personne en situation de handicap sensoriel ;
  • Elaboration des séquences de formation avec les associations, et formalisation des documents supports pour les personnels et les usagers ;
  • Recherche des financements et programmation des achats avec les services économiques ;
  • Programmation de la formation au langage des signes sur le plan de formation 2013, des micro-formations intra-muros et des actions de formation régionales ANFH.

Premier semestre 2013 : Mise en œuvre des actions opérationnelles.

Le calendrier

Projet initié en :
2012

Projet mis en œuvre en :
2013

Comment et combien ?
Les actions déclinées à court et moyen terme ont été réfléchies à moyen constant en personnel.

Les actions à court terme :

  • Les questionnaires, certains documents supports et les pictogrammes autocollants spécifiques au handicap sensoriel sont élaborés au sein de l’hôpital avec l’aide des associations et peuvent être imprimés en interne ou par les « ateliers protégés ».
  • La formation à la sensibilisation des professionnels de santé au handicap sensoriel est programmée sur l’exercice 2013 via :

o Des micro-formations intra-muros, avec l’aide des associations Voir Autrement et ARDDS 02 ;

o Une action de formation ANFH possible.

Ces formations seront enregistrées sur le bilan annuel de la formation continue du centre hospitalier.

  • Le livret d’accueil en braille peut-être réalisé par l’Association Valentin Houy (AVH) à Paris, sur un format papier A4 en recto-verso (Le groupe projet réfléchit encore sur l’utilité réelle de ce document. Est-ce que le CD audio suffirait ?).
  • Le livret d’accueil audio peut-être réalisé par un donneur de voix de la bibliothèque sonore de Meaux. Seuls les CD seront achetés par le centre hospitalier. Le lecteur de « CD Victor » peut-être acheté à la bibliothèque sonore de Meaux ou par l’intermédiaire de l’association « Voir autrement » à moindre coût soit 100€ ttc.
  • Créer le kit spécifique au handicap visuel avec les accessoires et les objets indispensables pour une adaptation ponctuelle, en faisant appel aux ateliers du centre hospitalier.
  • L’achat des autocollants en relief par le centre hospitalier pour l’identification tactile : 50€ ttc
  • La reproduction des logos pour l’identification des sièges par le centre hospitalier.
  • La collecte des adresses des structures et des professionnels de santé pour communiquer sur le projet de prise en charge du handicap sensoriel au centre hospitalier, sera réalisée par le praticien ORL et les associations.
  • L’achat d’ardoises magiques : 50€ ttc
  • L’achat du kit de communication pour améliorer le dialogue entre les équipes soignantes et les patients : 60€ ttc
  • La mise en place, l’évaluation et le réajustement des actions occasionne la mobilisation d’un agent du centre hospitalier. Cet agent assurera la coordination et la gestion du groupe projet incluant les professionnels de santé, les représentants des usagers et les associations.

Les actions à moyen terme :

  • Sur le progiciel Crossway (Dossier médical personnel informatisé) :

o Créer et activer l’agenda électronique dédié à la prise en charge du handicap par le service informatique du centre hospitalier ;

o Faire apparaître le logo du handicap sensoriel ainsi que la fiche de diagnostic de communication pour personne sourde ou malentendante dans le dossier médical personnalisé informatisé, avec l’aide du cadre supérieur en charge du dossier médical personnel.

  • La rampe d’aide à l’orientation et les dalles podotactiles sont intégrés dans le projet de signalétique et d’accessibilité à l’hôpital faisant suite à l’audit réalisé en mai 2011 et géré par le gestionnaire des risques via un plan de financement pluriannuel. Le financement est envisagé par des subventions du fond pour l’insertion des personnes handicapés dans la fonction publique dont le projet sera présenté début d’année 2013.

Coût d’une rampe d’aide à l’orientation pour accéder à l’accueil : 160€ ttc Coût des dalles podotactiles : Etude en cours pour équiper l’hôpital (280€ ttc par danger)

  • Former 12 personnes au langage des signes via une formation spécifique en 3 niveaux de 30 heures (durée totale : 3 semaines, au Centre Hospitalier). Les agents formés relayeront la formation à minima auprès des brancardiers, des agents d’accueil et des personnels soignants et techniques.

Les personnes cibles : deux assistantes sociales, un médecin ORL, deux personnes de l’association ARDDS, cinq agents hospitaliers, deux membres de la CRUQPC.

Coût de la formation selon devis : 3 x 2700€= 8 100 €

  • Equiper les six guichets d’accueil et d’admission d’une boucle magnétique portative permettant aux personnes malentendantes appareillées ou non d’entendre plus clairement et plus facilement l’agent d’accueil.

Coût d’un équipement par guichet selon devis : 425€ ttc

  • Munir le Centre Hospitalier d’un kit d’équipement amovible pour équiper une chambre pour la sécurité de la personne sourde ou malentendante.

Coût du kit qui fonctionne en onde radio : 820€ ttc

Le financement des coûts directs des actions pluriannuelles pourrait-être pris en charge par le Centre Hospitalier, les clubs services et les appels à projets : ARS, Conseil Régional, Conseil Général.

Détail des coûts du matériel : Le soundshuttle amplificateur de boucle magnétique pour guichet : 296 € ttc Le récepteur stéthoscopique pour boucle magnétique avec un accu : 105 € ttc Les capsules de protection en silicone pour casque stéthoscopique (24 paires) : 24 € ttc

Deux lampes flash (chambre et cabinet de toilettes) déclanchées par les vibrations des coups portés sur la porte : (125€ x2) = 250 € ttc Un émetteur d’alerte incendie qui déclanche aussi les lampes flash : 195€ ttc Un détecteur de présence qui déclanche les lampes flash : 125€ ttc La mallette de rangement : 250€ ttc (voir pour une solution interne)

La communication
Ce projet s’inscrit dans la continuité du projet « Bientraitance » initié par la directrice des soins en 2011 et conduit au sein de la CSIRMT, avec le développement d’une dynamique individuelle et collective et d’une culture du respect de la personne, de ses droits et de sa dignité.

En termes de communication, le mode de prise en charge des personnes en situation de handicap sensoriel au Centre Hospitalier de Château-Thierry sera décliné :

  • Dans des supports d’informations déjà existants :

o Le livret d’accueil ;

o Le journal le « flaCH ». Conçu et édité deux fois par an par le centre hospitalier de Château-Thierry, il renseigne sur ses activités, ses coopérations, ses actions et son environnement. Le "flaCH" est distribué dans tous les services et mis à la disposition des tous les usagers dans les salles d’attente de l’hôpital. Il est également envoyé à l’ARS Picardie, au conseil général, au conseil régional, à la mairie de la commune siège de l’hôpital, aux médecins, pharmaciens, dentistes, orthophonistes et infirmiers libéraux de l’Aisne et des départements limitrophes : la Marne et la Seine et Marne, et aux membres du conseil de surveillance ;

o Les écrans dynamiques de 40 pouces situés les halls d’entrée et les salles d’attente du centre hospitalier. L’Hôpital qui en a financé sept en 2010 ;

o La page d’accueil du site internet du centre hospitalier en créant un onglet « Handicap sensoriel » dans la rubrique « droits et devoirs des patients » ;

o Les journaux payants (l’Union ; le Pays Briard) et gratuits (Autant en emporte la Marne ; Val magazine) et leurs sites internet.

  • Dans le hall d’entrée de l’hôpital :

o Affichage du prix « Label Droits des Usagers 2012 »

  • Dans les structures associatives et les instances locales déjà existantes :

o L’information sera relayée par les associations qui diffusent une fois par an, par courrier, des informations aux différents professionnels de santé médicaux et paramédicaux libéraux. Et plus largement, le groupe projet informera le pôle de santé publique, la MDPH, les associations, les maisons de retraite, la sécurité sociale, les mutuelles, les ambulanciers, les pompiers, les mairies et les CCAS.

o Lors d’une réunion de l’UCCSA présidée par le député maire de Château-Thierry

  • Dans les instituts de formation :

o L’association Voir Autrement et ARDDS 02 interviennent chaque année auprès des étudiants dans les instituts de formation : auxiliaires de vie, aides ménagères, élèves aides soignantes et infirmières dans le cadre de leur formation pour une sensibilisation au handicap, et leur remet des documents supports.

  • A l’occasion des journées nationales dédiées au handicap :

o Lors de la journée nationale des aveugles en septembre, de la semaine bleue en octobre et de la journée des associations en mai, les associations sont représentées et communiquent sur les nouveautés et valorisent les initiatives en faveur de la prise ne charge du handicap.

o Lors de la journée nationale de l’audition le deuxième jeudi de mars : dépistage de la surdité et information relative à ce handicap au centre hospitalier et au lycée Jean de Lafontaine.

o Les radios locales relaient l’information lors de ces journées. Il en est de même pour certains journaux locaux payants et gratuits.

  • Lors de regroupements médicaux :

o Les séances d’EPU à l’hôpital.

Et après

Les résultats
- Les mesures engagées en faveur des personnes en situation de handicap sensoriel serviront également tous les malades y compris les non francophones. Elles permettront une prise de conscience de la situation de handicap par les professionnels de santé et les usagers de l’hôpital.

  • Cette initiative montre que l’hôpital, soucieux de répondre aux attentes et aux besoins des usagers, essaie de tout mettre en œuvre pour améliorer l’accès aux soins des personnes en situation de handicap sensoriel. Elle représente entre autre la première étape de la prise en charge du handicap d’une façon générale.
  • Avec ses personnels formés, le centre hospitalier peut-être assimilé à un « hôpital ressource » pour les établissements périphériques, dans la réalisation et la continuité des soins.
  • Permettre une prise en charge médicale de proximité aux personnes en situation de handicap sensoriel qui auparavant se faisaient suivre dans des établissements plus éloignés.
  • Le développement de la démocratie sanitaire en permettant à deux nouvelles associations Voir Autrement et ARDDS 02 de participer activement à l’élaboration de ce projet.
  • L’ensemble des mesures va permettre de rompre l’isolement des patients, leur rendre autonomie et dignité, et rassurer leur famille.
  • Développer à Château-Thierry un cours de langage des signes destiné à tous les citoyens en réponse aux nombreuses demandes et aux besoins locaux.
  • Les actions retenues par le groupe projet sont facilement reproductibles, transposables et peuvent être rapidement mises en place.

Évaluation et suivi
- Avec des réunions semestrielles, le groupe projet mesurera une fois par an la pertinence des actions et du service rendu à la personne en situation de handicap sensoriel- relationnel, à l’aide d’indicateurs construits à partir des actions citées supra.

  • Ce travail de réflexion, de mise en place et d’évaluation tendra à développer d’autres actions dans la continuité des besoins.
  • Ce projet structurant pour l’établissement devra s’inscrire dans un calendrier pluriannuel pour continuer à développer des actions à long terme, comme :

o La continuité de la prise en charge du handicap sensoriel par les associations lors du retour à domicile ;

o La mise en place à l’accueil d’un système d’appel visuel et vocal pour connaître l’ordre de passage : 1300€ ttc pour un seul guichet + 200€ ttc de consommables ;

o L’intégration des logos liés au handicap dans le menu déroulant des rendez-vous du progiciel Crossway- Consignes patient ;

o L’aménagement d’une chambre accessible à tout type de handicap, lors d’une restructuration ;

o La création d’une école du langage des signes.

Quelques conseils et témoignages
Conseils :

  • Intégrer en amont du projet les associations locales spécifiques au handicap sensoriel ;
  • Obtenir l’adhésion des décideurs ;
  • Définir la fréquence des réunions du groupe projet pour la pérennité du projet.

Sigles et acronymes :

ANFH : Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier ARDDS 02 : Association de Réadaptation et de Défense des Devenus Sourds CCAS : Centre Communal d’Action Sociale CRUQPC : Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en Charge CSIRMT : Commission des Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-Techniques EPU : Enseignement Post Universitaire UCCSA : Union des Communautés de Commune du Sud de l’Aisne MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page