Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Picardie > DROIT DES USAGERS A L’ACCOMPAGNEMENT DE LA DOULEUR A DOMICILE
Picardie
3 décembre 2015

DROIT DES USAGERS A L’ACCOMPAGNEMENT DE LA DOULEUR A DOMICILE

Objectifs
Mieux repérer les situations potentiellement douloureuses dans les soins et les actes de la vie quotidienne : lever, coucher, déplacement, toilette, habillage…

Mieux dépister les signes d’alerte témoignant d’une douleur

Mieux alerter en cas de suspicion de douleur.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

Hôpital local Jean-Baptiste Caron

Place de l’Hôtel de Ville

Crèvecoeur le grand 60360

Type de la structure :
établissements médico-sociaux

Coordonnées du contact

VOISOT Mylène

Qualité : cadre coordonnateur des soins

Téléphone professionnel : 03.44.13.36.49

Courriel : voisot.hopital.crevecoeur@orange.fr

Fax : 03 44 13 36 37

Le contexte

L’origine
Le bassin de vie de Crèvecoeur le Grand, et, de façon générale le secteur du Nord de l’Oise Ouest est considéré par l’ARS de Picardie comme une « zone de fragilité » qui a besoin de développer des actions de prévention (Cf. PRS). La population rurale a souvent beaucoup de difficultés pour accéder aux services de santé et aux actions de prévention. Depuis longtemps, l’hôpital local de Crèvecoeur le Grand assure le traitement des douleurs chroniques des personnes âgées en s’appuyant sur le principe que la douleur ne doit pas être une fatalité. L’hôpital local dispose d’un SSiAD, et, depuis peu d’une ESA. Le personnel est très soucieux de la qualité de la prise en charge de la personne âgée à domicile, et, les soignants utilisent régulièrement les outils d’évaluation de la douleur. Le SSIAD a décidé de poursuivre son engagement dans la prévention de la douleur à domicile par la mise en œuvre d’actions facilitant la coopération et la synergie entre les acteurs du domicile.

La finalité
Cette démarche a pour but d’améliorer la prise en charge de la douleur à domicile afin de permettre au bénéficiaire un soulagement plus rapide et plus adapté à sa situation, avec les finalités suivantes :

  • Mieux repérer les situations potentiellement douloureuses dans les soins et les actes de la vie quotidienne : lever, coucher, déplacement, toilette, habillage…
  • Mieux dépister les signes d’alerte témoignant d’une douleur
  • Mieux alerter en cas de suspicion de douleur. Quelles étaient les améliorations attendues ?
  • Développer des outils communs d’évaluation de la douleur à domicile,
  • Impliquer davantage les proches, les aides à domicile dans l’évaluation de la douleur,
  • Créer des liens avec les acteurs du domicile par le biais de rencontres, de formations communes conventionnelles, etc. Pour qui est- il destiné ?
  • Pour une population âgée de plus de 60 ans en perte d’autonomie particulièrement vulnérable à domicile.

La description du dispositif
Un état des lieux a été réalisé sur l’évaluation de la douleur auprès des bénéficiaires. L’impact bénéfique de cette démarche ne se limite pas seulement au bénéficiaire et à ses proches, mais concerne l’ensemble des professionnels de santé dans l’amélioration de leurs pratiques.

La mise en œuvre du projet a supposé une concertation au préalable avec les bénéficiaires pour les informer de l’intérêt de la démarche initiée à domicile, et, après leur accord, le projet a pu démarrer.

Une enquête auprès des bénéficiaires a été réalisée. Les résultats nous ont permis d’observer que l’évaluation de la douleur à domicile, n’est pas toujours facile, en effet, certaines sont peu ou non communicantes , d’autres n’évoquent aucune plainte de façon spontanée. La plupart des personnes parlent peu de leur douleur, et, trouvent normal d’avoir mal à leur âge, résister à la douleur est une preuve de vitalité, peur des traitements, et surtout la crainte de devoir quitter leur domicile.

Les acteurs
L’équipe soignante du SSIAD est à l’initiative de cette démarche. Les aides-soignantes du SSIAD ont un rôle non négligeable dans l’évaluation de la douleur, et, la prévention de la douleur induite, d’autant que les personnes douloureuses n’ont pas systématiquement d’actes infirmiers au quotidien. Cette évaluation a été une première initiée au sein du SSIAD, et, la Direction a émis un avis favorable quant au développement de cette pratique répondant aux besoins des usagers en terme de qualité de prise en charge de la douleur à domicile , et, favorisant ainsi un retour précoce au domicile limitant significativement les risques liés à une hospitalisation de longue durée.

Les axes prioritaires :

renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;

sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers ;

faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CRUQPC, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé,… )

La réalisation

La mise en oeuvre
Une infirmière DU soins palliatifs formée à la prise en charge de la douleur a aidé à la construction de la grille d’évaluation. Une formation a été réalisée pour aider les équipes à repérer les soins potentiellement douloureux, et, à créer un climat de confiance sur lequel le bénéficiaire pourra prendre appui pour parler de sa propre douleur.

Les difficultés rencontrées : La prise en charge à domicile est multidisciplinaire, et, le libre choix induit le fait que travailler en équipe signifie souvent à domicile, non pas une équipe mais des équipes différentes d’un patient à un autre, d’où la nécessité d’une coordination entre tous les acteurs du domicile afin que l’alerte génère une prise en charge effective de la douleur. Cela fait appel à une capacité d’adaptation permanente, et, si au sein d’une équipe, la prévention de la douleur va de soi, dans une autre, il faudra tenter de surmonter un certain nombre de freins.

Le calendrier

Projet initié en :
2012

Projet mis en œuvre en :
2014

Comment et combien ?
Enquête réalisée en interne à moindre coût

Formation des soignants du SSIAD

La communication
La démarche a été présentée au niveau interne à plusieurs instances : CME, CRUCQ , COPIL QUALITE , où le projet a été accueilli avec enthousiasme par les représentants des usagers.

L’hôpital local a organisé à la « Semaine de la Sécurité du patient 2014 » et dans ce contexte, un atelier autour du thème « bien évaluer et prendre en charge la douleur ». Les infirmiers libéraux ont été invités, et, certains sont venus.

L’hôpital a organisé des soirées médicales au cours 2013. L’objectif essentiel était de communiquer les bonnes pratiques développées au sein de notre structure, et, de proposer des formations gratuites aux professionnels de santé. Ainsi, l’impact bénéfique de cette démarche sur le patient et son entourage a été démontré.

Un plan de communication externe à l’attention de nos correspondants médicaux et paramédicaux sera la prochaine étape pour présenter les résultats de notre enquête.

Et après

Les résultats
L’équipe du SSIAD réalise une évaluation systématique de la douleur lors de l’admission du bénéficiaire dans le service.

Dans le cadre de la prise en charge des douleurs à domicile, le bénéfice pour le patient est immédiat. La suppression de la douleur lors des soins lui permet de moins souffrir, de rester dans son environnement familial (domicile). Le bénéfice pour la société est une économie de coût par absence d’hospitalisation de longue durée.

Évaluation et suivi
- Solliciter les infirmiers libéraux à participer aux formations organisées sur l’hôpital local pour favoriser un travail en complémentarité avec les soignants du SSIAD et de l’ADMR ; l’idée étant d’aboutir à une convention d’engagement à la poursuite et au développement de cette démarche.

  • Choisir une formation sur l’évaluation de la douleur à domicile en sensibilisant les professionnels de santé à signaler tout signe d’alerte d’une douleur potentielle et repérer les personnes ressources à domicile ; En ce sens, l’évaluation de la douleur ne prend pas de temps spécifique complémentaire.
  • Assurer un rôle de relai vers les réseaux : consultation douleur des hôpitaux de proximité, Hospitalisation à domicile, Equipe mobile des Soins Palliatifs, Equipe Mobile de Gériatrie, etc.

Le suivi sera fait par un certain nombre d’indicateurs :

  • Nombre de personnes bénéficiant d’une évaluation de la douleur avec des outils adaptés ;
  • Questionnaires de satisfaction des bénéficiaires ;

Quelques conseils et témoignages
• Bien identifier les partenaires et les fédérer au projet pour que cela soit une plus value importante pour les bénéficiaires du domicile.

  • Courrier de témoignages et de remerciement
  • Il convient de noter que par le biais de la réunion annuelle des familles, nous disposons d’un retour direct d’amélioration, et nous pouvons définir ensemble rapidement un programme d’actions.
  • Depuis mars 2014, l’ouverture de la MISS (Maison Inter-Associative Sante Social) au sein de l’hôpital local réunit dans des locaux communs les professionnels du domicile (ADMR-SSIAD-Associations, etc ) , ce qui crée des synergies entre les professionnels et faciliter ainsi ce type de démarche innovante et constructive pour les acteurs et les associations hébergés dans cette MISS.
Pièces jointes

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page