Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Rhône-Alpes > Derrière un masque, un visage
Rhône-Alpes
24 décembre 2011

Derrière un masque, un visage

1. Le porteur du projet

Coordonnées complètes
Hôpital Privé de la Loire
39 Boulevard de la Palle
42030 SAINT ETIENNE

Coordonnées complètes et fonction du contact
CARROT Marie, directrice des Opérations
Tél. 04 77 42 29 00
Courriel : m.carrot[@]gsante.fr

2. Le contexte

L’origine
Placer le patient au centre du circuit d’hospitalisation demande de plus en plus aujourd’hui de personnaliser nos prises en charge et d’accepter de remettre en question nos organisations.

Dans cette optique, il est maintenant primordial d’identifier les populations de patients dites « vulnérables ». Parmi celles-ci peuvent être rattachés les individus montrant une crainte particulière pour l’intervention chirurgicale qu’ils vont subir.

En effet, on sait désormais que les patients en état de stress vivent moins bien une intervention que ceux qui l’appréhendent sereinement. Il a ainsi été décidé au travers de la politique de bientraitance de l’établissement d’apporter une réponse à ce constat en repensant nos pratiques.

La finalité
Tout acte opératoire étant à risque, si l’on ajoute à cela le côté mystérieux d’un bloc opératoire, il est aisément compréhensible que les patients éprouvent une certaine angoisse à leur arrivée dans ce lieu qui leur est pour la plupart totalement inconnu avec son personnel couvert de la tête aux pieds avec masque et cagoules.

La finalité du projet est de rassurer les patients en leur offrant la possibilité de verbaliser leurs angoisses sur le déroulement de leur future intervention, directement auprès du personnel du bloc, ce dernier étant le plus à même de répondre aux questions que des patients peuvent se poser la veille d’une intervention.

Ces rencontres doivent permettre également de mettre un visage sur ce secteur inconnu et ainsi rassurer les patients, leur permettant de mieux vivre leur opération.

La description du dispositif
Il a été décidé de « sortir » de leur environnement de travail habituel des infirmières de bloc opératoire (IBODE) pour qu’elles puissent aller rencontrer les patients directement dans les services. A l’heure actuelle, ce dispositif est organisé selon la procédure suivante :

  • en fin de poste, des IBODE sont libérées et montent dans les services d’hospitalisation ;
  • elles demandent aux infirmières du service quels sont les patients, parmi ceux devant être opérés le lendemain, qui sont susceptibles d’appréhender le plus leur passage au bloc ;
  • les IBODE rencontrent les patients ainsi identifiés et échangent avec eux autours de leurs craintes et leur interrogations ;
  • Un rapport est réalisé suite à la rencontre.

Les acteurs
Chef du projet : directeur des soins infirmiers

Personnel impliqué : infirmières de bloc opératoire, infirmière référente douleur

Autres participants : chef de bloc, psychologue, responsable qualité

Toutes ces personnes font parties du groupe projet.

Les axes prioritaires
Ce projet est une déclinaison de la politique de bientraitance de l’établissement qui a retenu dans ses axes stratégiques l’identification des populations vulnérables et la personnalisation de la prise en charge des patients. Il s’agit d’un dispositif incitant à promouvoir la bientraitance et la qualité de service dans un établissement de santé ; ce projet traduit également l’implication des professionnels de santé dans la promotion des droits des patients.

3. Le réalisation

La mise en œuvre
La politique de bientraitance a été impulsée par la Direction, et plus particulièrement la direction des soins infirmiers, puis présenté aux responsables d’usagers en Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en Charge (CRUQPC). Le projet des visites par les IDE du bloc est à l’initiative du personnel de ce secteur.

Les difficultés rencontrées :

  • L’appréhension de la « première rencontre » pour les IBODE participant au projet ;
  • Le manque de reconnaissance par les autres IBODE qui estiment que ce « n’est pas du travail ».

Les éléments facilitateurs :

  • La mise en place par un groupe projet pluridisciplinaire ;
  • La participation au groupe projet du psychologue afin d’animer le retour du vécu par les IDE de ces rencontres ;
  • La rédaction par le psychologue d’un guide méthodologique pour aider les IBODE dans ces rencontres.
  • L’intérêt du corps médical pour ce projet.

Le calendrier
Février 2011 : Début de la réflexion - Réunion de lancement du projet

Mars - Mai 2011 : travail préparatoire et enquête auprès des patients par le groupe projet, rédaction du guide méthodologique des entretiens.

Juin - Juillet 2011 : mise en place des premières rencontres de patients

Aout 2011 : réunion sur le retour d’expérience et le vécu de ces rencontres en présence du psychologue (35 rencontres réalisées à ce moment)

Septembre 2011 : poursuite des rencontres de patients

Octobre - Novembre 2011 : enquête par le service qualité auprès des patients ayant bénéficié d’une rencontre avec les IBODE sur les bénéfices qu’ils en ont tirés

Fin 2011 / Début 2012 : communication intra et extra-établissement sur le projet et les bénéfices qu’il apporte

Comment et combien ?
Des moyens humains ont été mobilisés. Les réunions de préparation ont été réalisées en fin de poste avec du personnel intéressé par le projet.

Les rencontres des patients sont réalisées en fin de poste des IBODE, libérées par leur responsable qui fait également partie du groupe projet. Les entretiens durent en moyenne une demi-heure et 35 de ces rencontres ont été réalisées lors de la phase de test en juin / juillet.

Le support méthodologique d’aide aux entretiens a été réalisé par le psychologue et distribué aux personnels impliqués dans le projet.

La communication
Juin : présentation du projet à la direction de l’établissement

Octobre : présentation en CRUQPC

Communications prévues : CME, bulletin d’information du personnel, presse

4. Et après

Les résultats
L’enquête d’évaluation spécifique auprès des patients ayant bénéficié de cette démarche n’a pas encore été réalisée (octobre / novembre 2011), mais un premier retour a été apporté par l’un d’eux.

En effet, lors d’une enquête « patient mystère », une personne interrogée a indiqué avoir bénéficié de l’une de ces rencontres. Il a dit avoir trouvé cette démarche de visite des IBODE très innovante et qu’il avait fortement apprécié le fait de pouvoir échanger avec du personnel du bloc opératoire avant son intervention. Celui-ci étant à même de pouvoir répondre à certaines de ses interrogations. Pour le patient cela s’est traduit concrètement par une diminution de son stress, et une meilleure gestion de son angoisse et donc de sa douleur psychologique. Ces premières constatations et premiers ressentis doivent être objectivés dans le cadre de l’enquête d’évaluation.

Les deux principales perspectives d’évolution du projet sont les suivantes : *inclure d’autres IBODE que celles du groupe projet et augmenter le nombre de patients bénéficiant de ces rencontres. *rendre systématique l’accueil au bloc opératoire du patient par l’IBODE qui l’a rencontré la veille de son intervention : cette situation qui s’est présentée plusieurs fois lors de la mise en place du projet a été perçue comme très rassurante par les patients car ils retrouvaient un visage connu en arrivant au bloc.

Evaluation et suivi
Une enquête doit être réalisée par le service qualité auprès des patients ayant bénéficiés d’une rencontre avec les IBODE afin de mesurer l’apport de cette démarche en terme de qualité de prise en charge et d’information du patient, et les éventuelles pistes d’amélioration.

Quelques conseils et témoignages
Cette démarche apporte un intérêt double pour le patient puisqu’elle donne à celui-ci des informations sur son parcours et permet une prise en compte de son stress.

Même si le patient est le principal bénéficiaire de ce projet, les soignants également acquièrent un enrichissement personnel au travers de ces rencontres.

L’un des témoignages les plus parlants est celui d’une IBODE participant au projet : « grâce à cette démarche, aujourd’hui quand je travaille au bloc, je ne prends plus en charge « un colon » ou « une prothèse de hanche » mais un patient qui s’appelle Mr A. ou Mme C. ».

Il illustre bien une évolution de la perception du patient par le personnel du bloc qui impacte sur la qualité de prise en charge apportée et donne tout son sens à une politique de bientraitance.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page