Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Champagne-Ardenne > Création d’une commission « vie affective et sexuelle »
Champagne-Ardenne
23 décembre 2011

Création d’une commission « vie affective et sexuelle »

1. Le porteur du projet

Coordonnées complètes
APEI de l’Aube
M.MESSAGER JEAN LUC, président
29 avenue des Martyrs de la Résistance
10 000 Troyes

Coordonnées complètes et fonction du contact
Mme ROUSSEL Véronique
93 BIS RUE DE LA PAIX
10000 TROYES

2. Le contexte

L’origine
- La parution de la circulaire (DAS/TSI, n°96.7.43), du 10 décembre 1996,

  • Volonté de l’APEI de protéger une population vulnérable par la mise en œuvre une démarche de prévention du SIDA sur l’ensemble des établissements et services.
  • Inscrire la prévention dans une démarche plus large reposant sur des actions d’éducation, d’information et de sensibilisation.
  • Engagement associatif : le Conseil d’administration rédige une « charte pour la reconnaissance et l’accompagnement de la vie affective et le droit à l’éducation sexuelle de la personne handicapée »
  • Création d’une commission « vie affective et sexuelle » qui a pour mission :
    • Veiller à l’application des principes énoncés par la charte
    • Favoriser la réflexion et le développement des actions dans les structures
    • Apporter un soutien technique et favoriser la mutualisation des expériences
    • Développer les échanges

La finalité
Finalités du projet :

Pour les usagers :

• Permettre l’exercice du principe fondamental du droit de la personne à disposer d’elle-même.
• Mettre en œuvre le respect du droit à une vie affective et sexuelle
• Permettre le droit à une éducation, une information, un accompagnement adaptés en matière de prévention et de développement personnel.
• Favoriser l’expression de leurs désirs, sentiments, questionnement

Pour les parents :

• Leur permettre d’être informés, dans le cadre des CVS, projets individualisés,
• Leur permettre d’être rassurés par une plus grande transparence des actions, cadrées par les projets d’établissement.

Pour les professionnels :

• Développer des projets et des actions légitimés par le conseil d’Administration au travers de la charte.
• Bénéficier d’un soutien technique et d’un espace d’expression transversal (commission vie affective de l’Association).

Améliorations attendues :

Le respect de l’intimité des usagers
Le bien être physique et psychologique des usagers
Le changement des mentalités des professionnels et des familles
L’abolition des tabous et des pratiques inadaptées
Mise en place d’actions coordonnées et transparentes et adaptées

Usagers ciblés : tous les usagers accueillis dans les structures de l’APEI, dans le respect de leur volonté et de leur confession.

Enfants/adolescents/adultes, quelques soit le niveau de handicap et les modes de prise en charge

Favoriser les projets favorisant l’éducation, l’information, la prévention, l’accompagnement dans le cadre du respect de la vie affective et sexuelle des usagers

La description du dispositif
Sur le plan associatif :

Organisation régulière de colloques et groupes thématiques de parole réunissant parents professionnels, usagers.

Dans les structures :

Actions collectives :

• Groupes thématiques de parole
• Intervention de partenaires extérieurs dans le cadre de l’information et la prévention (Aid’s, CODES 10, Association Solidarité femme, sexologue, Centre de planification…)

Actions individuelles :

• Entretiens individuels, écoute sécurisation, conseils…
• Disponibilité des professionnels à l’écoute des préoccupations et du questionnement des usagers
• Accompagnements individualisés (centre de planification, entretien personnalisé avec les acteurs de la prévention, centre de dépistage…

Les acteurs
Les professionnels sont souvent à l’initiative des projets, dans le cadre des projets éducatifs et besoins observés chez les usagers. Cependant, ils sont aussi et surtout à l’écoute de la parole des usagers, qui les orientent par leur questionnement, ou exprime des choix précis de sujets à aborder.

Les groupes de travail réunissent les professionnels, les parents, les usagers en fonctions des situations.

Les axes prioritaires
Ce projet s’inscrit dans le cadre de la démarche élaborée depuis 1996, en lien avec nos partenaires et en corrélation avec les principes adoptés dans la charte Vie affective et sexuelle, validée par le Conseil d’administration de l’APEI.

La commission VAS souhaite retenir la demande des usagers et soutenir le travail réalisé par les professionnels de tous les pôles (travail adaptés, hébergement, éducatif, et accueil spécialisé), de mettre en œuvre un colloque sur la thématique de la vie affective et sexuelle.

3. Le réalisation

La mise en œuvre
Eléments facilitateurs :

En interne :

  • L’engagement et le soutien du Conseil d’Administration et de son Président
  • La volonté des directions de mettre tout en œuvre pour une réelle mise en œuvre de la démarche dans les établissement et services
  • L’investissement des professionnels du terrain, qui œuvre pour une implication globale des équipes, rassurer et communiquer avec les parents, sont à l’écoute des demandes et des besoins des usagers.

En externe :

  • Disponibilité et faculté d’adaptation des intervenants extérieurs des intervenants extérieurs
  • Construction d’un réseau de partenaire par chaque équipe en fonction des besoins des usagers, réseau partagé par le transfert des expériences entre les établissements et services.

Implication des partenaires :

Partenaires externes :

  • Les professionnels de la prévention apprécient d’intervenir auprès des usagers, ils constatent une réelle implication globale, et une richesse dans les échanges avec les usagers
  • Ils sont sollicités entre autre pour des intervention particulières au sein des établissements et services, mais également associés lors des colloques en tant qu’intervenant mais aussi pour une aide à l’organisation (animateurs des échanges, prises de note pour les comptes rendu, soutien technique et organisationnel….

Partenaires internes :

  • Les parents : au-delà des craintes et tabous, les parents participent volontiers à l’évolution de la démarche. Il est nécessaire d’être à l’écoute des différents ressentis suscités par la thématique de la Vie affective et sexuelle, d’être attentif à la place de chacun. L’implication se situe au niveau des projets individualisés (avec l’accord des usagers pour les adultes), participation au CVS, au conseil d’administration, à la commission « vie affective et sexuelle »au différents colloques et ateliers débats organisés par les établissements et la commission
  • Les usagers : participent également aux différentes instances (Conseil d’Administration, CVS, commission « vie affective et sexuelle ».

D’autres part, ils sont directement concerné par les actions collectives et individualisés mise en place dans les établissements. Ils sont concertés en matière de thématiques à aborder, et donnent leur avis sur la qualité des actions éducatives.

Le calendrier
10/12/1996 Parution de la circulaire(DAS/TSI, n°96.7.43),

1997/1998 Formation de 5 personnes ressources

1999 Création de la commission « Vie affective et sexuelle

2000/2001 Formation de 5 personnes ressources

2001 Colloque APEI : « La vie affective et sexuelle des Personnes handicapées »

2001 Adoption de la Charte par le Conseil d’Administration

2002 Ateliers débats

2004 Ateliers débats

2005 Colloque APEI : « Quel engagement depuis la Charte », avec la participation de madame Diederich N., Sociologue, chercheur à l’INSERM

2007 Colloque APEI : « Regard sur … : expérience pour s’approprier son corps et son cœur »

2008 Ateliers débats : « Questionnement sur la Vie affective et sexuelle » uniquement à l’attention des usagers (à leur demande, sans présence des éducateurs, ni des professionnels, 240 participants

Fin 2011

2012 Colloque APEI : à destination des usagers (à leur demande) :

 »Devenir adulte, quand on sait, c’est mieux… »(titre proposé par les usagers) Colloque APEI : ouvert aux professionnels, parents usagers Thème à déterminer

Comment et combien ?
Pour les actions associatives :

Le coût est supporté par l’Association et une participation des différents établissements engagés. Les moyens mobilisés sont principalement internes, salles, fournitures, matériel de projection…

Dans le cas d’organisation de colloques accueillants en moyenne 200 personnes, location de salle, transport des usagers assuré par les professionnels des établissements

Pour les actions intra établissement :

coût supporté par le budget de l’établissement.

Les professionnels de l’Association sont volontaires et détachés des activités courantes des établissements. L’ensemble des établissements et services adaptent leur fonctionnement afin de permettre la participation des usagers et des professionnels ( y compris les ESAT).Les intervenants extérieurs sont mobilisés bénévolement ou contractuellement.

L’engagement du Conseil d’administration est un levier primordial, la volonté des directions d’établissement, des professionnels, des parents et des usagers de mettre en œuvre cette démarche créer une dynamique importante et une mutualisation des moyens constructive
Oui, les intervenant liés à la prévention, AID’S, Solidarité femme,,centre de planification, CREAHI Champagne Ardennes (dans le cadre d’un soutien méthodologique).

La communication
Communication dans le journal interne de l’Association, Le Lien

Parution d’article dans la revue du CREAHI, (publication régionale)

Intervention dans différents colloques régionaux, et invitations pour témoignage de l’expérience (association PADI à Lille)

Madame Diederich, fort intéressée par la démarche de l’association et notamment de la Charte, site notre expérience dans le cadre de ses interventions en colloque en France voir même dans d’autres pays où elle est amenée à intervenir.

4. Et après

Les résultats
Les résultats : La démarche a permis de :

Modifier les règlements intérieurs et les interdits liés à la vie affective et sexuelle,

Modifier les pratiques éducatives, et l’organisation des établissement, notamment dans la reconnaissance des couples ( chambre 2 personnes, invitation du compagnon dans la structure…

Intégrer l’item « Vie affective et sexuelle » dans les outils de la loi 2002-2

Favoriser l’expression des usagers, et surtout prendre en compte leurs désirs (couple désirs d’enfant….

Modifier le positionnement des professionnels et des parents vers un plus grand respect de son statut d’adulte et de personne à part entière.

Lever des tabous améliorer le bien être des usagers et des familles

Apporter un réel échange d’égal à égal entre les usagers, les parents les professionnels

La commissions s’inscrit dans une veille du maintien des avancées acquises, et surtout dans la réflexion autour de thématiques particulières : l’homosexualité, les violences conjugales….

Évaluation et suivi
L’évaluation des actions éducatives est réalisée en interne dans les établissements. En ce qui concerne les colloques, le colloque des usagers de 2007. Un questionnaire de satisfaction a été remis aux usagers, avec proposition d’aide pour le compléter, peu se sont saisis de cet outil, par contre les retours verbaux ont été recueillis dans les groupes. Ces retours ont souligné une satisfaction d’un temps spécifiquement réservé à des échanges entre les participants, mais le regret de ne pas avoir bénéficie d’un « vrai » colloque avec intervention de personnes sur un thème. Remarque prise en compte dans le cadre de la préparation du colloque prévu à fin 2011.

Les modalités d’évaluation sont à améliorer en terme de recueil et de traçabilité.

Cependant, les commentaires oraux exprimés par les usagers et les parents sont remontés en commission Vie affective et sexuelle, et font sont pris en compte.

Quelques conseils et témoignages
L’objet de cette démarche relève de l’intimité et de l’histoire familiale, il est primordial d’œuvrer dans un profond respect des uns et des autres, de prendre le temps et laisser tout à chacun évoluer à son rythme. L’absence de jugement est fondamentale. Si des aspects de la démarche restent incontournables (respect de l’intimité, droit de l’usager…) il n’en demeure pas moins que les actions à mettre en œuvre demandent l’adhésion des parents des usagers, et que la communication reste le principal moyen d’action.

La démarche « Vie affective et sexuelle » a été initiée en 1997, depuis la dynamique reste toujours aussi grande. Il s’agit d’une expérience professionnelle et humaine qui nous grandit tous et contribue à donner du sens à notre déontologie, à notre positionnement éthique.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page