Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Île-de-France > Citoyennage – La parole des personnes âgées
Île-de-France
20 décembre 2011

Citoyennage – La parole des personnes âgées

1. Le porteur du projet

Coordonnès complètes
Association Citoyennage
Résidence La Pie Voleuse
1, rue de la République
91120 PALAISEAU

Coordonnès complètes et fonction du contact
Pierre JAFFRE – coordonnateur adjoint de Citoyennage _ Tél. 01 55 12 17 29
Courriel : pierre.jaffre[@]abbaye-bdm.fr

2. Le contexte

L’origine
Ce projet a été mis en place suite au constat que les personnes âgées en institution subissaient leur quotidien et avaient peu de moyens d’exercer leur citoyenneté.

La finalité
La finalité du projet est de redonner la parole aux personnes âgées, qu’elles continuent à être actrices de leur vie quotidienne une fois en établissement. Les améliorations attendues sont de deux ordres. La prise de conscience au sein de l’établissement de la place centrale des personnes âgées et la mise en place de vrais lieux de parole pour que celles-ci puissent s’exprimer et être entendues.

Cette association a été créée pour les personnes âgées, résidant en établissement ou à domicile et désireuses de continuer à être des citoyens à part entière et acteurs de leur propre vie.

La description du dispositif
Organisation de colloques annuels où les personnes âgées élaborent une synthèse sur un thème qu’ils ont choisi en début d’année et sur lequel ils ont préalablement réfléchi dans chacun de leurs établissements.

Les acteurs
Ce sont des directeurs d’établissement qui sont à l’origine du projet.

Les axes prioritaires
Notre association s’inscrit dans les actions visant à garantir le respect des droits des patients. En effet, chacun de nous reste citoyen toute sa vie et l’âge et le handicap ne constituent pas un frein à la libre expression ou au libre arbitre.

De plus, la personne âgée est la mieux placée pour parler de la vieillesse et de son quotidien en établissement ou à domicile et enfin s’exprimer, s’informer et s’enrichir d’expériences nouvelles permet d’améliorer la qualité de vie au quotidien dans les établissement et à domicile.

Le second axe prioritaire de notre action est l’implication des professionnels dans la promotion de ces droits. Ils partagent une nouvelle expérience avec les résidents lors des réunions internes et lors du colloque annuel. De plus, la rencontre avec d’autres professionnels leur permet de réfléchir ensemble sur leur pratique quotidienne.

3. Le réalisation

La mise en oeuvre
Pour assurer la réussite d’un tel projet il faut en faire une priorité, or, dans le contexte actuel il est parfois difficile de dégager les moyens humains et financiers nécessaires. Une autre difficulté est de faire prendre conscience aux directeurs du bénéfice que la démarche peut apporter pour tout l’établissement même si tous les résidents ne sont pas en mesure de participer.

Pour faciliter un tel projet, il faut un engagement fort de la Direction, lié à l’investissement d’un ou plusieurs professionnels (psychologue, animateur, personnel soignant) qui fera vivre le projet au quotidien.

Le bureau est composé majoritairement de personnes âgées qui sont épaulées par des professionnels. Lors de réunions dans les établissements se sont les personnes âgées qui choisissent les thèmes de réflexion en vu du colloque annuel.

Le calendrier
La démarche Citoyennage est née en 1996 en Ile de France et l’association a été créée en 2007. Nous sommes actuellement en phase de développement tant en Ile de France que dans les autres régions. Depuis 1996, une quinzaine d’Établissements sont adhérents en Ile de France et depuis 2009, des colloques ont eu lieu dans les régions Auvergne, Centre et Nord-Pas de Calais.

Comment et combien ?
Pour assurer la pérennisation et le développement de la démarche un coordonnateur a été recruté. Son salaire représente la principale dépense du budget de l’association, les établissements supportant les frais du colloque. La cotisation annuelle de chaque établissement ne suffisant pas nous avons été amenés à rechercher d’autres partenaires.

Deux partenaires sont aujourd’hui essentiels : l’AD-PA, Association des directeurs au service des personnes âgées qui a impulsé la démarche à son commencement et qui la soutient toujours activement et la CNSA, Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, qui sollicitée nous a accordé une subvention.

La communication
La valorisation du projet vers l’extérieur se fait par différents moyens : intervention du coordinateur - accompagné d’un résident quand cela est possible, dans des colloques de professionnels, invitation des journalistes lors du colloque de l’association (cf reportage sur France 3 Auvergne), mise en ligne d’éléments concernant l’association sur les sites internet de l’AD-PA et d’Age Village. Nous avons également édité une « boîte à outil », manuel expliquant la démarche et donnant différentes informations pour la mettre en œuvre (cf pièce jointe), ainsi qu’une plaquette de présentation et un diaporama. En interne, la revue des Echos permet de faire le lien entre les différents établissements et régions participants.

4. Et après

Les résultats
Une réelle plus-value est constatée dans les établissements participants avec la mise en place de lieux d’expressions pour les résidents qui ont permis la réalisation de demandes concrètes des résidents. Pour favoriser la généralisation de la démarche, le coordinateur est disponible pour aider les établissements d’une même région qui souhaiteraient mettre en place la démarche. Il leur laisse alors la « boîte à outils » (cf 3.communication),outil d’aide à la mise en place du projet.

Évaluation et suivi
En Ile de France, une évaluation a lieu avec les résidents et les professionnels à la fin du colloque. En Auvergne, une conférence téléphonique a lieu 1 mois après le colloque avec les professionnels pour faire le bilan suite aux remarques de résidents. Dans chacune des régions ces réflexions permettent d’améliorer le colloque de l’année suivante.

Quelques conseils et témoignages
Il est essentiel que les propositions faites par les résidents dans la synthèse se traduisent par des actes concrets qui améliorent réellement leur quotidien.

Cela permet aux résidents et aux professionnels de rester dans une véritable dynamique, leur parole étant ainsi réellement reconnue. La présence d’un coordinateur nous semble également faciliter l’organisation du colloque et le développement de la communication.

Enfin, comme dernier message, il nous semble que cette expérience apporte un réel bénéfice pour tous : pour les personnes âgées en premier lieu qui vivent dans ces colloques une restauration de leur propre image, pour les professionnels de proximité qui partagent des moments privilégiés avec les personnes âgées hors de la relation soignants/soignés, et pour les directeurs qui peuvent se saisir de cette démarche comme d’un outil d’amélioration de la qualité avec des propositions concrètes et des évaluations des mises en place par les usagers. L’instauration d’une culture de dialogue et de communication au sein des établissements est indéniablement un facteur clé pour désamorcer les conflits et améliorer la qualité de vie des résidents et de leurs familles.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page