Cliquez-ici pour retourner sur Ministère des Affaires sociales et de la Santé - www.sante.gouv.fr

Recherche
Espace usagers du système de santé > En région > Nord-Pas-de-Calais > Chronique du tiers-exclu
Nord-Pas-de-Calais
3 décembre 2015

Chronique du tiers-exclu

Objectifs
Ce projet s’inscrit dans une perspective de démocratie sanitaire : un groupe d’usagers se réinscrit à part entière dans la société via un projet de film et de spectacle vivant. Le sujet est la parole et le travail de "leurs" soignants depuis 30 ans. En reprenant à leur compte cette parole pour la mesurer à l’aune de leur propre expérience subjective, ils deviennent porteurs d’une autre forme du soin et font bouger les frontières.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

chronique du tiers-exclu

9 rue Campagne-Première

Paris 75014

Type de la structure :
Autre

Coordonnées du contact

Angelini Claire

Qualité : artiste indépendante

Téléphone professionnel : 01 43 21 54 29

Courriel : info@claire-angelini.eu

Fax :

Le contexte

L’origine
A l’origine, un projet de film initié par l’EPSM Lille-Métropole. Ce film est censé porter sur l’histoire de l’institution. Mon scénario repose sur les témoignages de plusieurs générations de soignants de l’hôpital. Mais pour ce faire, je rencontre des usagers. Je veux leur faire découvrir cette parole, cette histoire. Ils décident de s’emparer de mon texte, de mon idée. Sur le projet de film se greffe alors un projet total : pas uniquement un film mais un spectacle vivant, dans lequel les usagers, qui s’occupent de la mise en espace de cette parole et du choix des textes, investissent totalement et activement l’expérience des soignants.

La finalité
1.Dans ce projet, les usagers ne sont plus soignés par l’institution, mais, devenus actifs, ils définissent eux-mêmes cet espace d’un échange entre eux et les soignants, loin des contraintes et de la hiérarchie de la salle de soin. Cette rencontre a lieu via ce passage d’expérience. 2.Les usagers se découvrent de nouvelles capacités et potentialités dont ils croyaient que la maladie les avait dépossédés. Ce travail agit comme la reconstruction d’une estime de soi. 3. Ce travail conduit par le groupe d’usagers redonne le sens du collectif, et de la société à ceux qui ont été précisément mis à part de celle-ci. Ils redécouvrent une confiance dans le collectif et l’échange avec les autres.

La description du dispositif
Le dispositif est un jeu de rôles à partir d’éléments de texte issus de la parole des soignants. Les usagers inventent un dispositif scénique, des gestuelles, des intonations, des situations. Le travail est individuel et collectif. Le travail est filmé à chaque rencontre. Les usagers retrouvent un contact avec une image d’eux-mêmes et affinent le travail à chaque nouvelle séance. Chaque idée est débattue collégialement. Des soignants à tour de rôle sont les spectateurs du travail, et les propositions des usagers deviennent le lieu d’une relation verbalisée avec eux. C’est à chaque fois, un déplacement général des positions acquises, et pour les soignants, l’occasion d’une réflexion partagée.

Les acteurs
Les usagers sont des personnes hospitalisées depuis quelques années dans un hôpital de jour dépendant du secteur d’Armentières. Une médiatrice santé pair participe aussi à ce projet. Des soignants de passage de tous âges et de tous horizons viennent assister aux séance de travail.

Les axes prioritaires :

faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CRUQPC, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé,… )

renforcer l’effectivité des droits des usagers par le traitement des réclamations et des plaintes en lien avec les représentants des usagers, quels que soient les destinataires de ces plaintes ou réclamations (établissements, conseils généraux, ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, …) et par l’analyse systématique des motifs notamment à partir des rapports des CRUQPC ou des CVS et la mise en œuvre de mesures d’amélioration

accompagner les évolutions du système de santé dans le respect des droits des usagers (e-santé, télémédecine, maisons et centres de santé, soins de santé transfrontaliers…).

La réalisation

La mise en oeuvre
Le projet venant des usagers, j’avais à cœur de les mettre aux commandes. Ce sont donc les usagers qui ont décidé du rythme des rencontres – deux jours, tous les 15 jours –, et de la forme du travail. Ils se sont aussi emparés de mon texte centré sur la parole des soignants dont ils ont sélectionné des passages.

Le calendrier

Projet initié en :
2015

Projet mis en œuvre en :
2016

Comment et combien ?
Le projet de film est entièrement financé par l’EPSM qui met à disposition un espace pour la réalisation du spectacle vivant. D’autres demandes de financement sont actuellement en cours.

La communication
Ce projet bénéficiera du soutien de l’EPSM Lille Métrople et de la Fédération régionale psychiatrique de santé mentale dans le Nord-Pas-de-Calais.

Il sera médiatisé par le biais de ces institutions mais aussi via la presse. Un projet de livre comportant des photographies de cette expérience est actuellement à l’étude.

Et après

Les résultats
Cette immersion dans un projet global de type spectacle vivant a déjà donné l’envie aux usagers de s’inscrire dans des associations municipales pour faire fructifier l’expérience qu’ils ont vécue. En effet, ce bagage acquis leur donne envie de participer aux activités multiples proposées par les associations des villes où ils vivent et en particulier dans le théâtre-club Léo-Lagrange d’Armentières.

Évaluation et suivi
Ce sont les usagers eux-mêmes qui ont investi le projet et en évaluent les bénéfices pour eux-mêmes. Ils souhaitent poursuivre le travail jusqu’à cet aboutissent final du spectacle qui sera montré à des publics.

Quelques conseils et témoignages
Ce projet tire sa force et son intérêt de l’investissement à la fois personnel et collectif d’un groupe d’usagers qui a décidé de s’emparer activement d’une proposition et d’en faire l’outil d’une reconstruction de soi. Il faut susciter ce genre de dispositif qui laisse la liberté aux usagers de s’emparer d’un projet. C’est le meilleur garant de son succès.

En région

Découvrez les adresses utiles pour faire valoir vos droits, les projets innovants et les actions culturelles.
Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d’Azur Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Rhône-Alpes
Recherche
Haut de page